« Denis Robert, au poteau. | Accueil | Une pensée pour Denis Seznec »

jeudi 14 décembre 2006

Commentaires

côme

You2 je pense qu'il nous faudrait l'aide de quelque juriste car je suis certain que la Loi a prévu ce cas de figure. Enfin j'imagine puisqu'au niveau des mairies cela est prévu.

Par contre Hollande à Matignon je n'y crois pas. C'est un homme de parti (et pas le plus mauvais!!) pas de responsabilités politique au niveau national... je trouve.

nic

Libre à vous de penser ce que vous souhaitez Côme.

J'ai la possibilité effectivement de pouvoir effectuer des comparaisons de par mon job et mon parcours professionnel.

Lorsque je dis "je parlais en général",c'est tout simplement pour vous dire que je ne parle pas de M.Drucker en particulier qui vit sa vie. Elle fait ce qu'elle veut et tant mieux pour elle qu'elle soit dorénavant accompagnée.

côme

Merci de laisser à mon petit cerveau la possibilité de fonctionner de façon plus ou moins bien.. euh.. libre :)

Nic vous suggérez que la catégorie socio-professionnelle détermine la capacité de l'humain a ressentir des sentiments profons?

Non je ne veux pas paraître lourd... vu que c'est fait... Mais c'est tout de même rigolo d'entendre dire que dans les médias ils sont tous prédestinés à se tromper, se quitter, à ne jurer que par son dernier costume ou son dernier collier... Que ces gens n'attachent pas d'importance aux "personnalités" des autres .........

Et puis dans la musique ils sont tous défoncé à la coke et puis dans les cités ce sont que des voleurs etc...

Voici a encore de beaux jours devant lui.

Mais bon Nic soyez certain que je comprends ce que vous dites. Je ne suis pas d'accord, rien de plus.

nic

@ Sebastien
J'entends ce que vous dites,mais le vécu vous montrera que la les mécanismes de pensée dans certains milieux sont fondamentalement différents (si le terme "mécanique"peut ici s'adapter).

Notez que les histoires d'amour sont liées au hasard.Elles se font de toutes les façons possibles et pas uniquement avec des personnes de son milieu,ni de son lieu de travail,ni avec qui on passe le plus clair de son temps,encore heureux !

Pour l'affaire M. Drucker,cela ne me dérange aucunement et je n'y vois pas de manipulation ni rien d'autre. Il s'agit d'un couple bien sympa et pourvu qu'ils soient heureux,c'est ce qui importe.

nic

Comme vous le dites côme,Voici n'arrête pas de nous le dire,je n'ai donc rien inventé...

Vous dites "Nic vous suggérez que la catégorie socio-professionnelle détermine la capacité de l'humain a ressentir des sentiments profons?"

Réponse: Non.


nic

@ Côme

Il y a des exceptions partout, bien entendu et heureusement, d'ailleurs.

côme

Nic... c'est pas gentil vous auriez pu corriger mes coquilles...

En fait pour mettre tout le monde d'accord il faudrait trouver une étude comparée des rapports amoureux dans les médias / aux autres CSP...

Vu que personne n'a perdu son temps à ça (arf, je ne suis même pas certain, faudrait voir du côté de l'insee:), je n'ai rien trouvé) je reste sur ma position : ça se passe partout de la même façon.

nic


Non, Côme, je ne suis pas d'accord, cela ne se passe pas partout pareil, pour la bonne et simple raison que le directeur commercial de telle ou telle société, ou la responsable marketing, ou la magasinier, ou l'informaticien, ou la femme de ménage, ou la caissière, ou l'ouvrier ..., ne passent pas régulièrement sur le petit ou le grand écran, ne rencontrent pas quotidiennenment telle ou telle star de ciné, de théâtre, politique, et par conséquent, les choses sont différentes, que vous le vouliez ou non...

La "starisation" ou plus simplement la renommée change un individu, indéniablement. Nous avons moultes exemples pourtant...

Certes, et c'est heureux, il y a des exceptions.

côme

Vous voulez dire que le fait de croiser plus de monde (quand je dis monde je veux dire : homme ou femme, bonne santé, financièrement fiable, plutôt bien physiquement et en bonne santé) permet d'avoir un choix multiplié de partenaires sentimentals.... ? Ah c'est sûr que bosser tout seul dans son atelier ne favorise pas la rencontre masculine ou féminine.

Je suis d'accord... Mais encore une fois c'est humain. Donc je ne vois pas où est le débat.

côme

(vous avez vu j'ai mis 2 fois "bonne santé"... bha quand la santé va... ;)

laurent bazin

Les etudes disent que 40% des couples se forment sur leur lieu de travail. Pas étonnant lorsqu'on sait que c'est le lieu que nous fréquentons le plus durant notre vie... Il faut ajouter ceux qui se rencontrent "par" leur travail, c'est le cas qui nous occupe. Pourquoi journalistes et politiques seraient-ils différents des autres ?

Le sujet c'est donc plutôt, pour moi dans cette affaire : La personnalité de notre conjoint change-t-elle notre façon de faire notre travail ?

Je note que la réponse des sondés de JMMorandini à cette question est différente dans le cas Schoenberg et dans le cas Drucker (qu'ils auraient plutôt vu rester en place). Tout principe accepterait-il une exception? Cette exception est-elle relative à la sympathie suscitée par l'une par rapport à l'autre ?

@Madmax. Bien entendu, de très lourdes peines -essentiellement financières et pouvant atteindre des centaines de milliers d'euros - sont prévues pour diffusion de photographie et d'informations relevant de l'atteinte à la vie privée. C'est le cas. C'est pourquoi les deux ont porté plainte.

@ You2. Je ne suis pas ravi d'avoir vu France Soir basculer dans le camps des tabloids à l'anglaise. J'ai d'ailleurs demandé que sur I>télé ce journal ne soit plus cité systématiquement mais seulement lorsqu'il apporte une information.

D'une manière générale, cette presse tabloid réagit à d'autres règles que la presse dite généraliste. Celle du rapport financier entre les ventes et la condamnation judiciaire : si la marge est positive, ils publient. Si ils sont dans le rouge, ils arrêtent. Jacques Colin, l'ancien patron de Voici l'a raconté dans son livre "Voilà", il y a quelques années. N'oubliez pas que plusieurs millions d'exemplaire de ces titres que vous qualifiez de "poubelles" se vendent chaque semaine !

@ Pascal L. je ne crois pas que la sincérité des sentiments soit la question. Ca, pour le coup, je pense que "ca ne nous regarde pas...".

nic

Non, ce n'est pas cela que je voulais dire Côme et vous le savez très bien.
Je vous sens intelligent. Par conséquent, je sais que vous comprenez le fil de mes réflexions, mais il me semble que vous voulez à tout prix ne pas les croire,pour une raison qui est probablement personnelle.Vous êtes peut-être du métier.

Je corrige cette fois votre coquille,comme vous regrettiez que je ne l'ai pas fait précédemment "partenaires sentimentaux" et pas "sentimentals".
Votre avis est légitime.
J'arrête de débattre pour ce qui me concerne,je n'ai pas à chercher à vous convaincre.

laurent bazin

@ côme. Lorsque j'ai rencontré François Baroin, il était déjà ministre.

you2


Cher Mr Bazin,

Je vous remercie pour toutes ces précisions, relative à France Soir, et pour votre demande auprès d'iTélé concernant ce journal.

Je réitère mon appellation de "journal poubelle". A mon avis, je ne suis pas le seul à qualifier cette presse de cette manière.

Maintenant, comme vous dites, ils se vendent ! C'est qu'il y a donc un public qui les achétent... Je reste persuadé que si la TV ne se faisait pas relais, leur chiffre d'affaires ne serait pas aussi bon.

Autrefois, il y en avait moins et aujourd'hui, ils se multiplient. Une autre question à se poser. Pourquoi ? Nous le savons tous,je crois.

Ne croyez vous pas qu'il serait préférable de supporter plutôt, les journaux "sérieux", qui se réduisent aujourd'hui, et c'est triste, à une peau de chagrin.
Cordialement.

you2


Merci aussi, Monsieur Bazin, pour les précisions que vous me donnez (j'ai remis votre passage ci-dessous, pour les autres blogueurs) concernant les publications.

Je l'ignorais pour ma part et cette information est intéressante, en ce sens qu'elle me permet de mieux comprendre comment fonctionne la presse tabloid.

Bien cordialement.

Vous avez dit
"D'une manière générale, cette presse tabloid réagit à d'autres règles que la presse dite généraliste. Celle du rapport financier entre les ventes et la condamnation judiciaire : si la marge est positive, ils publient. Si ils sont dans le rouge, ils arrêtent. Jacques Colin, l'ancien patron de Voici l'a raconté dans son livre "Voilà", il y a quelques années. N'oubliez pas que plusieurs millions d'exemplaire de ces titres que vous qualifiez de "poubelles" se vendent chaque semaine !"

côme

Pourquoi, M. Bazin, cette précision concernant la période à laquelle vous avez rencontré M. Baroin ?

Pour ma part je m'en fiche de savoir si vous le connaissez ou pas et depuis quand. Ce qui compte pour un journaliste c'est d'avoir une rédaction qui l'aide à prendre des décisions afin de savoir si oui ou non les relations personnelles peuvent poser des problèmes de déontologie dans des cas très précis. L'important c'est de ne pas laisser les journalistes seuls à décider.

Pour ce qui est de la "presse Voici" c'est pas très intéressant mais c'est la presse la plus transversale en France (hors magazine TV), elle touche tout le monde et partout. C'est du business : un bon procès sera toujours moins cher qu'une campagne nationale 4x3/radio/télé.

tristram

Je suis toujours étonné de « la polémique » que suscitent ces affaires. Hommes politiques et journalistes ont droit de partager la vie de qui ils veulent…mais pas en exercice ! Cela se nomme « le conflit d’intérêt » et c’est un impératif éthique de base, au fondement des démocraties modernes (y compris celles aux quelles la France se permet de faire la leçon), mais ici, c’est encore jugé scandaleux et malsain de condamner un tel comportement.

Est-ce parce que les considérations éthiques ne sont pas le premier souci dans de nombreuses sphères de la vie publique, politique, économique, journalistique ? On ricane ici des journalistes qui se disent fier de ne pas déjeuner avec des politiques. On s’accommode bien des délits d’initiés, qui dans toute autre démocratie mènent à la case prison. On ne trouve pas ça si choquant que des entreprises qui vivent de commandes d’Etat influencent la vie politique, et donc l’Etat, etc. etc. etc.

Comme le remarquent les enquêtes sociologiques, les citoyens les plus méfiants (voir hostiles) vis-à-vis de la démocratie, sont ceux qui jugent avec le plus d’indulgence les diverses formes de corruption et de conflit d’intérêt qu’engendre l’exercice du pouvoir.

Contradiction ?

laurent bazin

@ Tristam. Sauf erreur (et/ou contrat spécifiques), le conflit d'intéret n'existe pas en droit francais.

@ côme. Sur baroin, je répondais à une question. Ne vous braquez pas comme ça... :)

côme

Non je ne me suis pas braqué du tout je ne voyais pas pourquoi vous apportiez cette précision. Et bon j'avoue que j'avais un peu la flemme de relire les commentaires ... :)

you2

Cher Mr Bazin,

Le conflit d'intérêt existe en effet dans certains domaines d'activité (contrats spécifiques. Vous avez raison).

Autrement, j'ai une question pour vous :

Je crois que vous avez vécu aux Etats-Unis et j'entendais une info sur une station de radio, ce matin, indiquant qu'aux Etats-Unis, il est interdit (ou mal vu, je n'ai pas plus de précision, j'espère que vous pourrez m'éclairer), pour un journaliste, de déjeuner avec un politique.

Merci pour votre aide, si vous avez connaissance de cette (non) pratique.

Bien cordialement.

laurent bazin

@You 2. Aux Etats Unis, il n'est pas "mal vu" de déjeuner avec un politique. Mais tous les contacts sont des contacts de travail. C'est pourquoi la plupart l'accompagnent d'une prise de note (qui vaut devant la justice) et partagent les frais du déjeuner avec leur invité.

De même lorsque le Président des Etats Unis emmène des journalistes à bord d'Air Force One, leur rédactions se voient-elles refacturées le prix du billet. En France, ils sont "invités". Je reconnais que ça pose problème.

D'une manière général au Etats Unis un journaliste qui reçoit un cadeau de plus de 150 dollars de valeur doit le rendre. Au risque d'être licencié. Je me souviens qu'à TF1 à l'époque (1990) Michèle Cotta avait tenté d'introduire des règles identiques. Le projet a échoué.

Malgré ces différences, cette indépendance financière, n'a pas empéché les journalistes américains d'être pendant près de 3 ans plus bushiste que Bush sur l'Irak...

you2

Cher Laurent Bazin,

Je vous remercie beaucoup pour toutes ces précisions, vraiment très intéressantes.

En effet, comme vous l'indiquez, cela n'empêche rien.

Michèle Cotta a peut-être échoué, parce que les mentalités des français sont fondamentalement différentes de celles des anglo-saxons.

Certaines règles en place aux Etats-Unis sont difficilement applicables dans notre pays, même si elles ne sont pas toujours mauvaises sur tous les points, d'ailleurs.

Pour ma part, je pense qu'un journaliste peut déjeuner avec tel ou tel autre homme politique, dès l'instant où, dans l'exercice de ses fonctions (c'est-à-dire, dans la rédaction d'un article, la présentation d'une émission, d'un débat, etc.), il parvienne à rester le plus neutre possible et ne soit pas sous l'influence de la personnalité politique rencontrée.

Je constate qu' en France, la plupart de nos journalistes arrivent à bien faire la part des choses et c'est une bonne chose.

Bon après-midi à vous.

Pascal L.

You2, puisqu'on parle de Baroin, surfez un peu et recherchez des infos sur ce qu'est devenue l'ex-femme de François Baroin. Après çà, vous aurez peut-être du mal à croire que vous avez pu écrire "la plupart de nos journalistes arrivent à bien faire la part des choses et c'est une bonne chose.".

Je ne généralise pas mais je dis "attention" quand même.

;-)

côme

Ah là je vous rejoins You2, les journalistes français sont neutres... archi neutres, tellement neutres qu'ils se transforment en pieds de micro...

Instaurer des règles est primordial, laisser des corporations décider de ce qui est bien ou non (ou déontologique ou éthique...) dans les relations qu'elles entretiennent n'est pas une preuve d'ouverture et de transparence.

Sinon dites moi si je me trompe mais les médias US ont toujours beaucoup soutenu le pouvoir en place lorsque le pays est engagé dans un conflit important... non?

you2


@ PASCAL et @ COME

Ce n'est pas exactement ce que je voulais dire, vous transformez, déformez ou amplifiez mes propos.

Nous parlions de "déjeuners" avec Mr Laurent Bazin.

Prenons par exemple les journalistes d'itélé, qui sont allés déjeuner avec Nicolas Sarkozy.

Avez-vous senti qu'après ce déjeuner, ils étaient plus sarkozystes qu'avant d'avoir déjeuné avec lui.... Moi, pas... J'ai pourtant été très vigilant, dans les jours qui ont suivi, afin de voir si cela aurait un quelconque impact.

Alors ou j'ai mal vu, ou j'ai mal entendu, mais je n'ai pas eu l'impression, cependant, que tout à coup, dans leurs émissions ou débats ou reportages ou interviews, "ils ciraient les pompes" de Nicolas Sarkozy . Parfois, c'était même le contraire, qui se passait. Ce que je veux dire, c'est qu'ils n'ont pas eu peur, ensuite, de s'exprimer très librement.

Autre chose. Si laurent Bazin ne nous avait pas dit que toute la rédaction d'iTÉLÉ était allée déjeuner avec Nicolas Sarkozy, vous en seriez vous rendu compte ?

Votre avis sur ce point m'intéresse.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Sondage

  • Pour qui voteriez-vous
    si la Présidentielle se déroulait demain ?
    François BAYROU
    Olivier BESANCENOT
    Marie-Georges BUFFET
    Jacques CHIRAC
    Philippe DE VILLIERS
    Nicolas DUPONT AIGNAN
    Nicolas HULOT
    Jean-Marie LE PEN
    Ségolène ROYAL
    Nicolas SARKOZY
    Dominique VOYNET
    Autre candidat...



    Résultats des votes »

A propos

  • Parce que l'actualité ne s'arrête jamais, je vous propose de partager ici mes commentaires, de réagir aux infos glanées "off" et surtout de débattre ensemble, sans tabou.

    Langue de bois interdite, coups de gueules bienvenus...

L'auteur

  • A 40 ans, je co-anime depuis deux ans la matinale d'i>TELE aux cotés de Nathalie Iannetta.

    Avant de rejoindre le groupe CANAL+, je présentais le 18/20 d'Europe 1 et "Question d'actu" sur LCI. Ancien correspondant de TF1 à Washington et à Jerusalem, j'ai commencé ma carrière par le reportage.