« Denis Robert, au poteau. | Accueil | Une pensée pour Denis Seznec »

jeudi 14 décembre 2006

Commentaires

côme

Bofff non je ne trouve pas ça très grave de dire pour qui on vote mais si on le fait ça peut créer des a priori lors d'une discussion écrite pendant laquelle il est dur de parvenir à bien se faire comprendre...


côme

Ah j'oubliais vous n'allez pas nous quitter déjà...?

you2

J'aimerais rester avec vous, Côme, mais je suis un peu vexé... oui... par laurent Bazin car dans son texte sur Closer, j'ai du mal à voir s'il s'agit d'une pique, d'ironie ou d'autre chose... Alors cela m'a un peu agacé, je dois dire...

Je ne suis pourtant pas susceptible. Naïf, c'est certain, mais pas susceptible.

Et puis je trouve qu'il devrait écrire aussi des sujets plus sérieux.

Je n'aime pas du tout les aspects "people". Alors un peu, cela peut aller, mais trop de sujets dans ce sens, c'est moins bien...

Pascal L.

Je me demande si je suis de votre avis you2... D'un côté il est vrai qu'en ce moment on nage un peu dans les sujets people, mais la discussion n'en est pas moins animée pour autant et on retombe souvent dans le vaguement politique. Dans tous les cas, on lit beaucoup d'opinions qui ne sont pas toujours les nôtres, qui sont bien argumentées et tout cela est pour moi très instructif.

Sinon je suis bien certain que Laurent Bazin ne voulait pas vous vêxer !

;-)

you2


Bonjour Pascal.
Tout va bien. Je reste sur ce blog.
Les commentaires de chacun, (de nous tous blogueurs, et de Laurent Bazin), sont argumentés et intelligents, les articles de Laurent Bazin bien écrits, agréables à lire, et toujours accrocheurs et intéressants.
C'est un blog de bon niveau, et il est enrichissant d'échanger de cette manière. Je partage votre avis, c'est instructif.

Pascal L.

A la bonne heure, j'ai cru que vous alliez nous faire un coup de Chevènement ! :)

zaireetvoltaire

« Et puis il faut rappeler que la jurisprudence Schoenberg ne s'est pas toujours appliquée »

Je trouve cette phrase pour le moins maladroite, assez ridicule même, voire stupide lorsqu'il s'agit d'examiner les cas de Christine Ockrent et d'Anne Sinclair qui sont antérieurs.

Oui, c'est exact, M. de la Palice. Ici, comme ailleurs, la jurisprudence ne s'applique pas aux cas survenus avant sa propre apparition…

laurent bazin

bien vu, je rectifie : "ce qui semble s'imposer aujourd'hui comme une règle (jurisprudence Schoenberg) a pu se discuter par le passé".
Au fait, Zaire, vous avez un avis ?

tristram

Cher M. Bazin,

Le conflit d'intérêt n’est pas formalisé en droit français, ce qu’on peut regretter d’un point de vue éthique pour la sphère publique.

Cependant, vous n’êtes pas sans ignorer que le « renoncement » de Mmes Schoenberg et Drucker de présenter le 20h pendant la campagne officielle des présidentielle, n’est pas du à leur sens des responsabilités professionnelles, mais à la réglementation audiovisuelle, qui traite du problème particulier de la campagne présidentielle, mais pas du reste de l’année. On peut se demander pourquoi.

Or il me semble, que particulièrement dans le cas de Mme Drucker, qui est rédacteur en chef de son journal, la question de l’incompatibilité entre son devoir d’impartialité et ses fréquentations se pose de façon assez rutilante.

Ne pensez-vous pas que l’endiguement du discrédit dont jouit le personnel journalistique mériterait des efforts particuliers en matière d’éthique et de responsabilité individuelle ? Tout comme c’est le cas pour le personnel politique.

Qu'en est-il des exemples dans les autres démocraties occidentales, où cette situation n'est pas possible?

zaireetvoltaire

Mon avis ?

Déjà, je suis épaté que vous ne preniez pas la mouche suite à mon commentaire quelque peu agressif. Franchement, je ne m'y attendais pas, ma petite provocation tourne court.

Sinon, je trouve que les journalistes fricottent beaucoup trop avec les politiques, d'une manière générale. Trop de cocktails, trop de dîner, de déjeuner (hé! hé!), et du coup de flirts…

Ceux-ci sont bien humains, mais viennent d'une sociabilité d'abord pathologique. Le flirt résulte de cette trop grande fréquentation qui est elle condamnable.

Je ne comprends strictement pas l'hypocrite réponse du rapprochement stratégique pour « avoir l'info à la source ».

Argument honteusement faux, éculé, stupide. Les critiques littéraires doivent-ils fréquenter les auteurs pour avoir une opinion sur les bouquins ? (lisez les bouquins bordel, et "vous" journalistes, potassez les dossiers au lieu d'attendre le mot de l'un ou de l'autre).

Le mal vient de là. Ayant moi-même exercé, à un autre niveau certes, dans le journalisme, il ne m'est jamais venu à l'idée d'y faire commerce — à moins, évidemment, de vouloir progresser dans la hiérarchie, où il est de bon ton, effectivement, de se prévaloir de ses relations pour progresser dans la hiérarchie. Ce qui n'était pas mon ambition.

C'est par ambition qu'on fricotte avec le pouvoir, absolument pas pour les besoins du métier. Ceci admis, le fricottage en question ne m'apparaît pas sain, justement parce qu'il brûle les règles du dit-métier.

yves

D'accord avec Laurent Bazin: il n'y a pas, de nos jours, connivence potentiellement dangereuse entre ministre- homme et journaliste-femme.
Il faudrait au minimum que les deux partagent un même credo politique. Or les probabilités sont faibles, puisque dans un gouvernement de droite, les ministres sont souvent de droite ( quoique...)et dans la presse,en général, les journalistes sont à 80% de gauche, et dans la télévision de service public, en particulier, à 95%!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Sondage

  • Pour qui voteriez-vous
    si la Présidentielle se déroulait demain ?
    François BAYROU
    Olivier BESANCENOT
    Marie-Georges BUFFET
    Jacques CHIRAC
    Philippe DE VILLIERS
    Nicolas DUPONT AIGNAN
    Nicolas HULOT
    Jean-Marie LE PEN
    Ségolène ROYAL
    Nicolas SARKOZY
    Dominique VOYNET
    Autre candidat...



    Résultats des votes »

A propos

  • Parce que l'actualité ne s'arrête jamais, je vous propose de partager ici mes commentaires, de réagir aux infos glanées "off" et surtout de débattre ensemble, sans tabou.

    Langue de bois interdite, coups de gueules bienvenus...

L'auteur

  • A 40 ans, je co-anime depuis deux ans la matinale d'i>TELE aux cotés de Nathalie Iannetta.

    Avant de rejoindre le groupe CANAL+, je présentais le 18/20 d'Europe 1 et "Question d'actu" sur LCI. Ancien correspondant de TF1 à Washington et à Jerusalem, j'ai commencé ma carrière par le reportage.