« Audimat, ergo sum ? | Accueil | Ne tirez pas sur le lampiste... »

dimanche 03 décembre 2006

Commentaires

côme

On entend partout que Ségolène Royal est à la limite de la bêtise pathologique, qu'elle vient du fin fond de la campagne (comme si c'était une raison de plus à l'éventuelle pathologie) et tout un tas d'autres choses sur ses capacités à penser, raisoner... lire et écrire??

Pour ma part il m'a semblé qu'elle avait fait de bonnes études : une licence d'économie, science-po, l'ENA. Alors ok les études ne sont pas une preuve d'intelligence mais bon tout de même... et je ne parle pas de son expérience politique.

Ce petit rappel pour dire que pour elle la campagne est lancée... et bien lancée. Il n'y a plus de hasard dans ces choix qui sont les siens ou ceux de son équipe. Si elle décide d'aller au Proche Orient c'est qu'elle y voit un vrai intérêt dans le déroulement de sa campagne. Elle connait parfaitement toute les difficulté d'un tel déplacement, elle connait la situation sur place et les différents interlocuteurs.

Je suis tout à fait d'accord avec M. Bazin le Proche Orient n'est pas une sujet décisif au sein de nos frontières... et heureusement d'ailleurs. En tout cas, et je dirais une fois de plus, cet épisode permet de mettre en lumière toute la stratégie du clan Royal : faire le plus médiatique possible (j'ai quand même entendu parlé de "courageux" le déplacement de ROyal sur l'antenne d'itélé :s) quitte à faire une bonne grosse c+++++rie... après tout le plus important c'est qu'on parle d'elle... il sera toujours tant de jouer la victime plus tard pour rattraper le coup.

C'est toute la beauté du fameux "capital sympathie" dont on nous parle si souvent... et dont Ségolène Royal semble jouir à plein... C'est ça en fait qu'il nous faut : une présidente sympa... après deux septennats d'une médiocrité pathétique de la part d'un autre président sympa...

Je vais rejoindre les Jésuites moi ça va pas faire un pli !! :)

Pascal L.

Très fine analyse de Laurent Bazin !

Mais pour une fois je dois le dire, j'ai bien peur que nous ne regardions pas toujours les mêmes programmes... Je ne vois pas vraiment (en fait plus du tout) Ségolène dans le rôle d'une candidate sérieuse, car j'ai bien peur qu'elle ait simplement été elle-même au Liban, et dans cette affaire je pense que le surnom "Miss Pieds dans le plat" lui irait à ravir. Espérons qu'elle saura malgré tout rectifier le tir pour mériter la confiance (relative) que lui accordent toujours Laurent Bazin et Côme, et surtout... qu'elle saura ne pas créer un nouvel esclandre en Israël ! Ce qui serait déjà une belle performance au vu de sa prestation au Liban...

Les électeurs Français seront-ils vraiment si peu sensibles à cette première "bonne gamelle" de Ségolène ? Pas sûr. Le problème des gamelles que l'on traîne derrière soi, c'est qu'elles continuent de faire du bruit jusqu'à ce que la ficelle casse.

Vivement le prochain album des aventures internationales de Ségolène ("Ségo en Amérique") ! Ca promet, quoiqu'il arrive, d'être instructif sur la vraie capacité de la candidate à défendre la place et les intérêts de la France dans le Monde.

côme

(Je lui accorde juste le bénéfice du doute de l'intelligence... Je ne la crois pas bête du tout et je pense qu'elle joue de cela afin de passer pour une victime à la moindre occasion et surfer sur son capital sympathie.
Je n'ai aucune confiance en cette personne dont la pratique médiatique me rappelle sans cesse celle d'un candidat qui va affronté son cinquième scrutin présidentiel. Je ne trouve pas que Ségolène Royal soit amusante ou que ses bourdes ne soient pas si graves ou que lancer des idées en l'air puisse avoir le mérite de lancer le débat.)

fred

La candidate socialiste à la présidentielle française, Ségolène Royal, a poursuivi hier sa visite au Liban, invitant l’ensemble des parties libanaises à privilégier le dialogue et la réconciliation, car le temps presse. Accompagnée dans sa tournée par l’ambassadeur Bernard Émié, elle a également insisté sur l’édification d’un État de droit et sur la création d’un tribunal à caractère international. « Car il n’est pas possible, au sein d’un État de droit, que les crimes restent impunis. » De Naqoura, où elle a visité le siège de la Finul, à la Résidence des Pins où elle a donné une conférence de presse, puis à l’hôtel Mövenpick où elle s’est réunie avec les membres de la commission parlementaire des Affaires étrangères, Ségolène Royal a multiplié les rencontres et écouté divers points de vue, dont notamment celui du député du Hezbollah, Ali Ammar.
À Naqoura où elle s’est rendue en matinée, par hélicoptère, Mme Royal a rencontré le commandant en chef de la Finul, Alain Pellegrini. À l’issue de sa visite, elle a demandé l’arrêt des survols par l’aviation israélienne des positions de la Finul et du Liban-Sud. « Ces survols mettent la Finul en difficulté et portent atteinte à sa crédibilité », a-t-elle regretté, tout en précisant qu’il est à la fois de l’intérêt d’Israël et du Liban que cessent ces survols.
Ségolène Royal s’est ensuite pliée aux questions des journalistes, à la Résidence des Pins. Évoquant d’abord les échanges et les entretiens qu’elle a eus, souvent en tête à tête, avec ses interlocuteurs, elle a insisté sur l’attachement de chaque partie à la réconciliation du Liban avec lui-même. Elle a surtout insisté sur la nécessité de consolider la démocratie, par l’édification d’un État de droit, précisant que « les manifestations, à la condition qu’elles se déroulent de manière pacifique, sont l’expression d’une liberté constitutionnelle. Cela est d’ailleurs la preuve que le Liban est une démocratie, fragile, mais une démocratie ».

Un dialogue conditionnel avec la Syrie
La candidate PS a par ailleurs affirmé qu’elle était « en phase » avec la politique actuelle de la France au Liban. « J’ai pu rassurer mes interlocuteurs sur la continuité de la politique française et je soutiens l’initiative d’envoi de la Finul », a-t-elle dit, indiquant que le Liban doit recouvrer sa souveraineté, son indépendance et que la paix doit y revenir. « Je suis toutefois attentive à l’évolution de la donne politique », a-t-elle précisé. Ségolène Royal a observé à ce titre, évoquant le Hezbollah, sans le citer, qu’elle rencontre « toutes les parties qui sont dans des institutions démocratiquement légitimes », ce qui lui donne l’occasion de rencontrer toutes les sensibilités.
À ce sujet d’ailleurs, une source diplomatique française tient à préciser « qu’il est absolument faux de dire que les contacts sont inexistants entre la diplomatie française actuelle et le Hezbollah, mais que des rencontres régulières ont lieu avec certains responsables du parti chiite ».
Concernant le dialogue avec la Syrie, Ségolène Royal s’est demandé s’il ne serait pas bon « d’adopter une position qui pourrait dépasser les deux attitudes antagonistes (l’une étant le refus absolu de dialoguer avec la Syrie vu les soupçons qui pèsent sur elle et l’autre étant le dialogue sans condition) ». Estimant que « le dialogue avec la Syrie dans son principe ne doit pas être fermé, mais qu’il doit être conditionné, pour être crédible, par des gestes tangibles », Ségolène Royal a précisé que la mise en place du tribunal international serait un signe positif et permettrait de décrisper la situation.
Pour la candidate du PS, la France pourrait aider à faciliter le processus de redressement du Liban. Mais la volonté politique des responsables et la prise de conscience du peuple qu’il « en a assez » doivent faire avancer les choses. « Si ces efforts sont faits, alors le Liban peut se redresser », a-t-elle encore dit, ajoutant qu’une chance est à saisir.

Le tribunal à vocation
internationale
Une chance qui réside dans la tenue rapide d’une conférence internationale afin de stabiliser la situation du pays qui se trouve aujourd’hui « dans l’impasse ». Car sans une stabilisation de la situation politique, les conditions ne seraient pas réunies pour la tenue de la conférence de Paris III. « Je comprendrais bien que celle-ci soit annulée », a-t-elle souligné, tout en indiquant qu’elle souhaiterait la voir maintenue, malgré tout. Elle a aussi invité « la communauté internationale et les éventuels bailleurs de fonds à intervenir, à faire pression, à mettre chacun devant ses reponsabilités pour que les institutions libanaises fonctionnent bien et que soit mis en place le tribunal à vocation internationale. C’est alors que les Libanais pourront penser mettre les bases d’un gouvernement d’union nationale », a-t-elle ainsi précisé.
En fin d’après-midi, c’est à une table ronde qu’a participé la candidate socialiste, à l’hôtel Mövenpick, regroupant les membres de la commission parlementaire des Affaires étrangères, qui appartiennent à différentes parties, ainsi que des journalistes, dont notamment l’éditorialiste du quotidien L’Orient-Le Jour, Issa Goraieb. Étaient notamment présents, le président de la commission, le député Abdellatif Zein, ainsi que les députés Yassine Jaber, Nabil Boustany, Walid Khoury, Abdallah Hanna, Ghassan Tuéni, également PDG du quotidien an-Nahar, et Ali Ammar.
Ce dernier a d’ailleurs tendu la main à la France, indiquant qu’ « elle a un grand rôle à jouer au Liban si elle se démarque de la folie de la politique américaine ». Il a observé que « les Libanais sont fiers de leur amitié avec la France et que la résistance du Hezbollah s’inspire de la résistance française contre le nazisme ». Il a surtout insisté sur le fait que « la solution aux problèmes du Liban devait nécessairement passer par le règlement du conflit régional israélo-palestinien et israélo-arabe ». Mais il a affirmé que son parti « ne refusait pas le dialogue avec d’autres parties libanaises pour sortir de la crise », malgré « l’existence d’obstacles ». Ali Ammar a enfin déploré l’image « injuste » de son parti en Occident, se défendant d’être l’allié d’un prétendu axe syro-iranien et insistant sur le fait que son « parti est totalement libanais ».
Ségolène Royal a religieusement écouté Ali Ammar, même si elle ne se retrouvait pas avec le député du Hezbollah sur de nombreux points, notamment le droit de l’État d’Israël à la sécurité, ainsi que le rôle des États-Unis, pays dont la France est traditionnellement alliée.

Anne-Marie EL-HAGE


Pascal L.

Le document très "politiquement correct" d'Anne-Marie EL-HAGE ne fait que confirmer ce que je pense de cet épisode : Ségolène Royal se prendrait-elle vraiment pour le Président ?

C'est fou et vraiment inquiétant, mais on peut le craindre. Car enfin, est-ce le rôle d'une députée, fût-elle Présidente de Conseil Régional, que de parler au nom de la France sans avoir, a priori, reçu aucun mandat pour le faire de la part du Président, ni du Quai d'Orsay, ni d'aucun responsable politique concerné ???

Je m'étonne de l'indulgence, assez étonnante, dont Madame Royal Bénéficie déjà dans cette affaire.

Le problème n'est pas tellement ce qui s'est passé au Liban (on pouvait s'attendre à un tel discours de la part d'un membre du Hezbollah) ni même l'absence de réaction de Ségolène quand l'Etat d'Israël a pu être comparé à l'Allemagne nazie (cela aussi c'était à prévoir), le vrai problème est la démonstration par Ségolène Royal du fait qu'elle semble incapable de gérer une aussi petite crise, car finalement les dérapages verbaux, les propos ou les comportements mal interprétés (ou qui prêtent à interprétation) des politiques font partie du quotidien et relèvent même du banal, aussi bien dans l'hexagone qu'au niveau de la politique internationale de haut vol.

Il est frappant, par exemple, de voir une Ségolène Royal condamner fermement, après coup, le simulacre d'attaque opéré par l'aviation israélienne contre la FINUL alors que la principale intéressée n'a, à ma connaissance, même pas battu d'un cil lorsque l'incident s'est produit !

Une ségolène Royal qui n'est jusqu'à nouvel ordre ni le Président, ni le Premier Ministre, ni le Ministre des Affaires Etrangères et qui n'a, de ce fait, aucun commentaire à faire sur le sujet, sauf à préciser qu'elle agit et qu'elle ne se permet d'émettre des commentaires "qu'en tant que députée", ou "qu'en tant que Présidente d'un Conseil Régional"... voire en tant que candidate (et non pas élue !) à la Présidence de la République Française !

Je parlais du "populisme", qui grossit un peu comme un bourrelet dans le discours de Nicolas Sarkozy, mais avec Ségolène Royal il est clair qu'on est directement passé à l'étape supérieure ! Une Ségolène en tout cas en bonne place pour être la prochaine lauréate du trop peu célèbre Prix Iznogoud !

PatMY

Monsieur Bazin,

Quelle partialité ! Monsieur Sarkozy ou un personnage de droite ferait le dizième, vous ne cesseriez pas d'en parler...

Tandis que pour Ségolène Royal, il lui est tout pardonné, tout comme à tel ou tel personnage de gauche...

Il reste des journalistes impartiaux, y compris sur votre chaîne, et cela fait plaisir, car nous finirons par croire, que la droite, c'est vraiment mal...

Cordialement,

Des électeurs de droite.

Vieil

Bonjour,
Un peu étonné de votre propos sur le voyage de Mme Royal.
Les propos tenus par le fameux député sont vrais. Car tous les arabophones présents les ont entendus, il y avait 2 interprètes, une pour Mme Royal, une 2ème pour les journalistes.Tout a été dit de la même manière. Vous tentez donc d'expliquer l'inexplicable.
Curieux cette chaîne d'informations en continu......

côme

C'est étrange je n'ai pas l'impression que M. Bazin soit si partial que ça.
Il est assez ironique sur le "urgence" de l'agence de presse, il dit que Royal aurait du réagir et au final il donne raison à Pascal L. qui compare la candidate à M. Bush ( sur ce dernier point je ne suis pas certain que ce soit voulu!!).
La seule chose, il est vrai, qui est assez surprenante c'est de croire qu'elle ne savait pas à quoi s'attendre en allant là-bas... stratégie, stratégie... depuis son petit voyage au Chili début 2006 Ségolène Royal se prend pour la Présidente... Cependant avant d'en avoir les responsabiltés en politique extérieure il faut en avoir la légitimité au sein des frontières françaises!

Gilbert Sorbier

Cher Laurent Bazin,
Je n’ai jamais cru aux complots, mais j’ai jeté un cil dans le blog de DSK, avant le vote des militants : ça valait son pesant de noix de cajou ! Donc de complot que nenni, mais la vraie existence d’un milieu bourgeois/centre gauche/bien pensant typiquement Parisien : OUI. J’en connais… si, si !
Pour la supposée « bourde » de Ségolène, qui n’est qu’une « supposition de bourde » puisque personne à ce jour n’a rapporté la traduction exacte de l’interprète, il en va de même que pour la supposée « bourde » de Nicolas au sujet du Juge des mineurs de Bobigny : Ca va rapporter quelques voix de plus aux deux chouchous des français, rien de plus, rien de moins. Cela fait maintenant 50 fois qu’à chaque fois que l’un ou l’autre est attaqué sans preuve en acier inoxidable, le peuple tranche en faveur de ses 2 favoris. Et puis les gens en ont vraiment soupé d’être pris pour des abrutis : Croyez vous vraiment que gens qui ont 3% d’avis favorables et réputés de parti pris comme BARNIER contre Ségolène ou comme DRAY contre Nicolas vont obtenir autre chose que les faire encore monter dans les sondages ?

Gilbert Sorbier

Cher Laurent Bazin,
Je n’ai jamais cru aux complots, mais j’ai jeté un cil dans le blog de DSK, avant le vote des militants : ça valait son pesant de noix de cajou ! Donc de complot que nenni, mais la vraie existence d’un milieu bourgeois/centre gauche/bien pensant typiquement Parisien : OUI. J’en connais… si, si !
Pour la supposée « bourde » de Ségolène, qui n’est qu’une « supposition de bourde » puisque personne à ce jour n’a rapporté la traduction exacte de l’interprète, il en va de même que pour la supposée « bourde » de Nicolas au sujet du Juge des mineurs de Bobigny : Ca va rapporter quelques voix de plus aux deux chouchous des français, rien de plus, rien de moins. Cela fait maintenant 50 fois qu’à chaque fois que l’un ou l’autre est attaqué sans preuve en acier inoxidable, le peuple tranche en faveur de ses 2 favoris. Et puis les gens en ont vraiment soupé d’être pris pour des abrutis : Croyez vous vraiment que gens qui ont 3% d’avis favorables et réputés de parti pris comme BARNIER contre Ségolène ou comme DRAY contre Nicolas vont obtenir autre chose que les faire encore monter dans les sondages ?

Gilbert Sorbier

Chère Anne-Marie EL HAGE,
Ne vous fatiguez pas à vouloir raconter des faits. Si vous croyez que les Blogs sont faits pour apporter des informations, vous vous mettez le doigt dans l'oeuil.
Ici, personne n'accorde d'attention à ce que l'autre pense, puiqu'à de rares exception près, il ne s'agit que d'une suite croyances et de certitudes que rien ne peut faire varier.
Bizarement, chère Anne-Marie, on pourrait croire qu'un blog est le rendez vous des indécis cherchant pour qui ils pourraient bien voter, il n'en est rien, c'est le rendez-vous des egos figés dans une rigidité post-mortem.
Retraités et chômeurs viennent ici vider leur sac...... ils viennent ici conforter leur croyances et seulement très, très rarement essayer de comprendre !
Des hommes quoi !

DDi

... ou hommes d'affaires qui semblent avoir beaucoup de temps, vraisemblablement.

Continuez Anne-Marie, à nous donner vos points de vue, cela nous intéresse, quant à nous.

Ni à la retraite, ni au chômage, nous avons néanmoins du respect pour ces personnes, car nous sommes avant tout, humains et les mots solidarité et fraternité, ont encore un sens pour nous.

DDi

... ou hommes d'affaires qui semblent avoir beaucoup de temps, vraisemblablement.

Continuez Anne-Marie, à nous donner vos points de vue, cela nous intéresse, quant à nous.

Ni à la retraite, ni au chômage, nous avons néanmoins du respect pour ces personnes, car nous sommes avant tout, humains et les mots solidarité et fraternité, ont encore un sens pour nous.

Pascal L.

Côme, mon intention n'était effectivement pas de comparer Ségolène Royal et George Bush, mais j'avoue que c'est une idée qui ne manque pas d'intérêt, car finalement Ségolène me paraît beaucoup plus proche de George Bush que Nicolas Sarkozy (!), sur certains points bien sûr.

Gilbert, je m'étonne un peu de votre dernier commentaire. Personnellement je viens sur ce blog en partie pour vider mon sac, c'est vrai, mais aussi pour lire d'autres avis et pour essayer de comprendre ce qui peut motiver ces avis : c'est une forme de dialogue empreint de curiosité qui, il me semble, ne serait pas malvenu si toutefois il existait chez nos hommes politiques !

Pascal L.

P.S. : merci à Fred de nous avoir rapporté les propos de Anne-Marie EL-HAGE (qui n'a pas posté dans ce blog).
;-)

DDi

Entièrement d'accord avec vous, Pascal. Je ne comprends pas bien non plus le commentaire de Gilbert.

Peut-être avons nous mal compris en quoi consistait un blog, au vu de sa remarque...

Gilbert Sorbier

Pour DDI, mon petit choux,
Vous n'avez rien compris: Je me lamentais au contraire qu'ici, rare sont ceux qui cherchent les informations comme celles d'Anne-Marie (posté par Fred, merci Pascal) ou du camp opposé et préfèrent utiliser les noms d'oiseaux en guise de raisonnements! Voilà !
Et OUI je suis un patron qui ne travaille
pas entre 14h30 et 18h 30, c'est mal ?
Amical/Amusé

côme

Bon n'étant pas un habitué des blogs j'avoue ne pas en connaître l'étiquette. Toujours est-il que j'ai l'impression qu'il est plus intéressant d'avoir un avis, une analyse, éventuellement des liens vers d'autres sites que juste un article.
En outre une information n'est pas nécessairement une vérité. Je m'exprime sur ce blog afin d'y trouver d'autres avis, d'autres opinions mes informations je vais les chercher dans les journaux (coût non négligeable de mon petit salaire), sur le net, à la télé...

Et puis bon pour les noms d'oiseaux... certains auraient classé "jésuite" comme tel ;) ;)

Zbigniew

J'ai passé plus de la moitié de ma vie en poste à l'étranger. Particulièrement des pays aussi différents que l'Allemagne, la Suède et l'ex-Union Soviétique à l'époque du rideau de fer et de l'ère Brejnévienne. Les problèmes de traduction, je connais. Polyglotte, il m'a fallu bien souvent reprendre les interprètes pour éviter des malentendus. Qui plus est, la connaissance du terrain est un gros avantage, et le correspondant de TF1 au Moyen-Orient que vous fûtes peut en parler. Mais vous le dites vous-même, Monsieur Bazin, que cette région est complexe, et bien que croyant la connaître parfaitement il est difficile de se forger une ferme opinion. Même Antoine Sfeir, Directeur des cahiers de l'Orient, libanais de naissance peine de s'y retrouver.
Alors, pour en revenir à Madame Ségolène Royale, qu'allait-elle faire dans cette galère. A-t-elle été suffisamment briefée par les spécialistes du PS, Hubert Védrine, Roland Dumas ou Claude Cheysson. Car ce n'est certainement pas Julien Dray qui a pu l'aider dans ce domaine, bien qu'il se soit déjà rendu dans cette région avant elle. La diplomatie ne s'improvise pas. Mais surtout que représente-t-elle ? À quel titre s'est-elle rendue dans cette région. Présidente du Poitou-Charentes ? Peut-être future Présidente de la France ? Ou simplement coup médiatique ? Mais est-ce réellement important ? Pardonnons ce couac de plus de Madame Royal comme nous avons pardonné et oublié toutes les erreurs de François Mitterrand à qui nous devons les nouveaux pauvres et les Restaurants du Cœur qui sont apparus en 1985. Alors que l'on ouvre aujourd'hui ces restaurants, que la France compte plus de cinq millions de précaires, Madame Royale s'essaie à la politique étrangère. Les problèmes du chômage, la mort de l'industrie ardennaise, les difficultés de logements, le coût de la vie etc… sont les priorités des Français. Et c'est là que l'on attend Madame Royal. À ce jour je ne crois avoir entendu ne serait-ce qu'une fois le mot chômage de sa bouche. Peut-être ne lui a-t-on pas encore dit que le chômage touche plus de 8,8 pour cent de français. Peut-être ne lui a-t-on pas encore que ce qui intéresse les Français c'est d'abord la France.

Malakine

Ma première réaction sur cette affaire a été de vouloir ironiser sur sa déclaration "Il y a beaucoup de choses que vous dîtes que je partage", sur le mode : Elle a été piégée par son obsession participative. Ca lui apprendra que tous ces interlocuteurs ne sont pas dotés d'une "expertise populaire" ...
Puis, je me suis ravisé pour surtout reconnaître un certain courage à Mme Royal d'avoir été se mettre dans ce bourbier du proche orient. Elle apprend son peut-être futur métier de chef d'Etat, et après tout, ces bourdes il vaut mieux qu'elle les commentent en qualité de candidats que de présidente en exercice.
Sur le fond, je partage l'avis de Zbigniew. Maintenant on attends son voyage dans les ardennes, en Lorraine ou dans le sud Alsace pour qu'elle voit les ravages que la mondalisation fait sur l'économie des anciennes régions industrielles, et qu'elle se mette enfin à parler de désindustrialisation et d'économie ...
http://horizons.typepad.fr/

Toreador

Une éléphante sans mémoire !

Errare humanum est... Persaevere diabolicum !


"Je ne suis pas socialiste, je ne suis pas communiste, je tombe toujours du bon coté…"

J’hésitais entre une paternité mitterrandienne ou une maternité chiraquienne. Elle a le cynisme du premier et l’opportunisme du second. Elle a osé ! Deux jours après avoir écouté (sans broncher) des responsables du Hzebollah violemment attaquer Israël et les avoir quasiment aprouvés, Ségolène R. a osé “apporter son plein soutien à Israël”. Il faut aller lire l’article sur http://www.20minutes.fr/articles/2006/12/04/20061204-politique-Segolene-Royal-apporte-un-franc-soutien-a-Israel.php. C’est épatant de démagogie, quand même !

D’après 20 minutes, la candidate socialiste à la présidentielle française, Ségolène R., a apporté lundi à Jérusalem un franc soutien à Israël, en (..) en excluant tout contact avec le Hamas, une organisation “terroriste”. C’est à dire, ma bonne dame, que parler avec le Hezbollah qui mitraille le Nord d’Israël à grands coups de bombes, c’est logique (alors qu’Israël avait évacué le Liban, rappelons-le…) alors que le Hamas, lui, qui gouverne légalement la bande de Gaza et qui tente de faire cesser l’occupation israëlienne, est un mouvement terroriste* insusceptible de rencontrer Ségolène !

Attention aux nuances.

"L’alcool non, l’eau ferrugineuse oui !"
Oui au Hezbollah chiite, soutenu par l’Iran, mouvement politique destabilisateur pour le Liban démocratique, qui pratique un terrorisme d’arrière-garde pour justifier le fait qu’il conserve ses milices armées…

…Mais non. Non au Hamas Sunnite, mouvement démocratiquement élu par le peuple Palestinien, qui pratique une résistance (ou du terrorisme) face à l’occupation Israëlienne, avec d’ailleurs bien plus de raisons que le Hezbollah.

Les bras m’en tombent. Comment peut-on parler avec le Hezbollah et condamner l’Iran ? Je la connaissais sans Histoire, la voici sans Mémoire. Elle serait capable d’aller ensuite en Iran prôner l’inverse de ce qu’elle défendait l’avant-veille ! Mais arrêtez-la !!!

Toréador (www.contact@toreador.fr)

* Rappelons que le Royaume-Uni, les Etats-Unis et le Canada placent le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes, de même que le Parlement Européen. Il en est de même pour le Hamas.

Pascal L.

Zbigniew et Toreador ont raison, quant à Malakine, j'admire son indulgence, avec toutefois une petite inquiétude car enfin, peut-on encore attendre quelque chose de sérieux de Ségolène Royal ?

Il est assez paradoxal de voir que Ségolène, candidate à la Présidence de la République Française qui s'est aujourd'hui prononcée contre le programme nucléaire iranien devant le Premier Ministre israélien (là on est quand même en pleine bande dessinée) n'a dans le même temps rien à dire sur les difficultés quotidiennes des Français.

Mais comme le fait aussi remarquer très justement Zbigniew, on ne peut pas décemment condamner Ségolène Royal après avoir accepté sans broncher la restauration de la monarchie de droit divin par François Mitterrand (père spirituel du couple François-Ségo) pendant 14 ans.

Ségolène est de toutes façons bien au-delà de ces préoccupations (de "nos" préoccupations). Une Ségolène qui, c'est confirmé, se prend réellement pour le Président (voire pour Dieu) et qui continue de faire et de dire n'importe quoi (*), avec la bénédiction officielle du P.S. s'il vous plaît !

(*) Selon iTélé, elle aurait par exemple choisi aujourd'hui de justifier les survols des installations militaires de la FINUL par l'aviation israélienne, ce qui n'était pas sa position d'hier et encore moins sa position d'avant-hier mais bon...

Ségolène est inquiétante. Dangereuse et inquiétante. Et la comparaison avec George Bush (le Président qui n'avait pas de cerveau) qui m'amusait il y a quelques heures ne m'amuse plus vraiment depuis que j'ai pu suivre à la TV le bilan de sa dernière journée : loin de rectifier le tir, elle continue de jouer les Chefs d'Etat en visite officielle (!).

Oui, vraiment inquiétant tout çà.

Je pense que dans de telles circonstances, le Gouvernement se devait de réagir immédiatement (en réalité je m'étonne même que la réaction ait été si modeste).

Dans l'affaire du Liban, il est encore plus inquiétant de constater que les boucliers humains du P.S. affectés à la protection rapprochée de Ségolène (Hollande bien sûr, plus toute une cohorte d'experts en noyage de poisson issus comme ce dernier de la nébuleuse mitterrandienne) ont choisi d'adopter des techniques de manipulation de l'opinion que l'on croyait disparues avec l'ancien Monarque :

1°) en cas de problème, toujours nier : c'est ce qu'ont choisi de faire Hollande et consorts en parlant d'un problème de traduction qui, s'il n'existe même pas dans leur imagination, devait peut-être suffire au moins dans dans leur esprit à clore le débat,

2°) si la négation ne marche pas, trouver un bouc-émissaire : en l'occurrence, ce sont les membres du Gouvernement de Droite, qui selon les "boucliers" du P.S. ne sauraient pas se tenir et profiteraient du problème de traduction pour fusiller lâchement Ségolène (Douste-Blazy et MAM en particulier),

3°) si aucune des deux premières tentatives n'a fonctionné, clore le débat par n'importe quel autre moyen : en soutenant par exemple qu'il s'agit d'un pétard mouillé qui n'intéresse aucunement les Français.

Bref, au P.S., sachant peut-être déjà à quoi on s'attendait après la désignation de Ségolène par les militants, on s'est tout simplement "débranché le cerveau" (et débarrassé de nombreuses notions comme la morale, l'honnêteté, le respect des électeurs, etc.) dans la perspective d'une campagne qui promet maintenant d'être émaillée par les dérapages non contrôlés de la Royal.

Aujourd'hui par exemple, on soutient que Ségolène a en fait démontré, lors de son voyage, qu'elle avait la carrure d'un Chef d'Etat, que c'est ce qui inquiète à Droite, et que c'est aussi ce qui explique l'acharnement de certains qui ont profité, d'une manière basse et assez calomnieuse, d'un simple problème de traduction !

...

A force de le dire, François Hollande et ses coreligionnaires finiront peut-être par vraiment le penser ?

Trêve de plaisanteries... Il faudra bien qu'à un moment où à un autre, la question soit abordée de savoir si Ségolène Royal a les qualités morales et les capacités intellectuelles pour devenir Présidente de la République.

A la première question je répondrai "non" : aujourd'hui plus que jamais, on voit mal comment Ségolène (mégalomane en pleine croissance, et qui ne sera sans doute pas lauréate du concours Lépine pour avoir inventé le fil à couper le beurre) pourrait s'affranchir de la tutelle des experts en noyage de poisson du P.S.

A la seconde question je ne répondrai pas, pour la même raison qui vous fait "quand même" tenir la porte à une femme qui vous est antipathique : un sursaut de galanterie que l'on ne peut décemment pas réprimer, mais que l'on ne peut pas vraiment expliquer.

Le comportement, disons peu professionnel de S. Royal au Liban, et la réaction tout à fait inattendue de son équipe de campagne sont en tout cas de bons indicateurs de l'intérêt que la candidate et que son parti portent réellement au peuple Français.

Une conception intolérable du "pouvoir" dont parlait justement, avec d'autres mots, François Bayrou ce soir dans "Le Franc Parler", et dont nous ressentons toujours les effets après 14 ans de folie mitterrandienne et 11 ans d'immobilisme chiraquien.

côme

Alors effectivement le Proche Orient n'est pas un sujet majeur de la présente-future campagne présidentielle en tout cas ce voyage pose indéniablement la question de la stratégie du clan P.S.
Pour ma part je ne trouve pas que cette escapade au Liban marque une rupture (tranquille...) avec la façon de faire de Royal tout au long de cette dernière année en France.

Gilbert Sorbier

Bonjour Pascal,
Pour hier, je voulais vous dire que j'ai été chômeur pendant 2 années entières avant de monter ma propre boite. Ca à été très dur de trouver des prèts bancaires et très compliqué (pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué étant la religion de nos technocrates). Les premières années il faut oublier les vacances, et les 35 heures se transforment en 70 puisque les lois fiscales françaises nous incitent à faire des bénéfices et surtout à embaucher le moins possible. Je vous soushaite donc de vite trouver du travail, comme vous j'avais des idées "hors normes". Elles ont trouvées leurs voie dans une structure indépendante.

Gilbert Sorbier

Côme,
Je ne comprend pas bien comment fonctionnent vos cerveaux:
1° Si on ne passe pas son temps à vomir sur ROYAL ou Sarkozy alors on est un Jésuite ?
2° Chercher sans à priori à savoir si Ségo, Nico ou François ont un plan leur permettant de financer leur programme ne vous paraît pas plus positif, qu'un dénigrement systématique, que l'on pourrait appliquer à n'importe lequel des candidats ?
Pour vous Côme, les 15 millions de Français dont des milliers ont des QI bien plus élevés que les nôtres et qui soutiennent Ségolène sont tous des imbéciles.
Et pour Pascal, TOUT le corp électoral qui soutien Nico ou Ségo, n'est qu'un tas de 25/30 millions d'abrutis, on dirait le café du commerce en pire (même si des tas de choses sont justes dans ce que Pascal dit)!

Quand vous partez en vacances en famille, je suppose que vous ne partez pas à l'aventure sans savoir si vous avez un euro sur votre compte en Banque.
Dans cette élection LE SUJET N° 1, celui qui va rendre transformer les promesses électorales en réelles possibilités, ne semblent pas vous interpeller.
Ce ne sont pas les bêlements qui sauvent les moutons: c'est l'herbe, le blé, la fraiche, le pognon !
Comment adopter des lois socio-économiques modernes capables de réduire le chomage et DONC de fournir les fonds nécéssaires à la reconstruction de nos institutions: c'est ça l'indispensable sujet de départ de toute analyse politique:
Pas de savoir si le traducteur de ROYAL et de l'Ambassadeur de France à bien traduit les termes exacts du représentant du Hesbollah, pas de savoir si SARKO à vraiment dit a Bush qu'il avait ou non dit avoir honte de la FRANCE.

Si préférer savoir lesquel des candidats est vraiment capable de financer son programme, de préférence à ridiculiser "Miss Poitou" ou le "Nain de Neuilly" c'est du Jésuitisme, alors vive les Jésuites !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Sondage

  • Pour qui voteriez-vous
    si la Présidentielle se déroulait demain ?
    François BAYROU
    Olivier BESANCENOT
    Marie-Georges BUFFET
    Jacques CHIRAC
    Philippe DE VILLIERS
    Nicolas DUPONT AIGNAN
    Nicolas HULOT
    Jean-Marie LE PEN
    Ségolène ROYAL
    Nicolas SARKOZY
    Dominique VOYNET
    Autre candidat...



    Résultats des votes »

A propos

  • Parce que l'actualité ne s'arrête jamais, je vous propose de partager ici mes commentaires, de réagir aux infos glanées "off" et surtout de débattre ensemble, sans tabou.

    Langue de bois interdite, coups de gueules bienvenus...

L'auteur

  • A 40 ans, je co-anime depuis deux ans la matinale d'i>TELE aux cotés de Nathalie Iannetta.

    Avant de rejoindre le groupe CANAL+, je présentais le 18/20 d'Europe 1 et "Question d'actu" sur LCI. Ancien correspondant de TF1 à Washington et à Jerusalem, j'ai commencé ma carrière par le reportage.