« Ne quittez pas, Closer m'appelle... | Accueil | La pauvreté se vend mal... »

samedi 16 décembre 2006

Commentaires

Gilbert Sorbier

Cher Laurent Bazin,
Confondons nous le droit et la morale ?
Voilà une phrase qui pourrait donner lieu à l’écriture d’un gros bouquin (sans lecteurs potentiels). Dans notre société sans repères la « morale» est devenue un gros mot, dans notre société toute acquise au veau d’or et à la loi du marché, le seul droit est celui du profit. Nous en avons eu la démonstration cette semaine avec l’impunité dont jouissent les piliers de l’ultra capitalisme et la facilité avec laquelle les juges ont recours à toutes les ficelles pour mettre en examen quiconque (Denis Robert) ne s’agenouille pas devant les idoles du Dieu dollar.
Nous avons perdu l’habitude de nous dire : Est-ce moral ?
Pourquoi ?
Parce qu’à chaque instant depuis notre naissance nous avons subit un lavage de cerveau médiatique consistant à dire « Agenouillez vous devant le Dieu Pognon». Le mérite c’est ringard, il suffit de jouer au loto, d’aller à la StarAc, à Gagnez des Millions, à faire du « bizness» , de faire couler une multi-nationale et de partir avec un parachute doré, etc. etc. !
Le patron de Moulinex n’est pas un cas particulier, ses copains ont dû lui dire « Pourquoi ne fais tu pas comme les autres, vole ton propre pays, c’est bien vu maintenant, c’est fashion !»
La presse, surtout l’Audiovisuel fait office de Grand Prêtre de la messe populaire l’enrichissement obscène des « Producteurs» d’émissions de télé à définitivement banalisé les enrichissements ne devant rien au mérite ; sinon au mérite de savoir dénicher le « créneau juteux ».
Tant que l’Audio-visuel sera le Gd Prêtre du Fric obtenu par des moyens douteux, il aura du mal à parler de MORALE.
Donc, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes du Dieu dollar, pour le patron de Moulinex !

you2

Bonjour Cher Laurent,

Spontanément, ce qui me vient à l'esprit, mais j'essaierai d'y réfléchir de manière plus approndie tout à l'heure ou demain, un patron n'est pas un salarié comme un autre.

Il a des responsabilités et doit les assumer. Etre dirigeant, ce n'est pas seulement manager, c'est aussi, prendre des risques. Cela fait partie du métier.

Sans faire de généralités, Il faut savoir que ce type de chef d'entreprise négocie dans son contrat, une clause parachute (golden parachute).

Les sommes sont bien souvent, très élevées. Que les résultats soient bons ou non, que l'entreprise ait à faire un plan social ou non, qu'elle doive déposer le bilan ou non, le dirigeant démis de ses fonctions, touchera, de toute façon, son golden parachute, même s'il n'a pas atteint ses objectifs, et même s'il a conduit l'entreprise à la faillite.

Dans l'entreprise, il est aujourd'hui aisé de constater, que quelques dirigeants se fiche royalement que la société fonctionne ou non, car ils savent pertinemment bien, que quoi qu'il arrive, eux s'en sortiront avec tous les honneurs, mais surtout, avec cette (grosse) somme d'argent, négociée dans le golden parachute.

A mon opinion, cela déresponsabilise le chef d'entreprise, qui se croit au dessus de tout.

Ce dirigeant que vous évoquez a perdu son emploi. Oui. Sauf que même s'il ne peut s'inscrire aux assedics, il part quand même avec quelques millions (de sa clause parachute), qui lui laisseront le temps de se retourner.

Avant que d'autres blogueurs commentent mes propos et croient que j'exagère, je dis "c'est du vécu", je connais bien ce genre d'entreprise et leur mode de fonctionnement, de part le travail que j'ai occupé.

Le salarié lambda qui perd son travail dans un plan social, quant à lui, ne va toucher qu'un package peu élevé (en fonction de salaire, généralement), ne touchera les allocations chômage que pendant une durée de 2 ans (ensuite, c'est le RMI), allocations qui ne sont plus dégressives (dans les 50 % de son salaire précéden, aujourd'hui).

En outre, à ce niveau de responsabilité, le réseau existe. Ils ont des relations. Ces dirigeants retrouvent vite un travail ou deviennent consultants. Ils se "recasent" à la vitesse grand V.

Le salarié lambda, quant à lui, va ramer.

Je suis cadre sans emploi. Cela fera presque 3 ans que je suis en recherche d'emploi. Comme nous l'a indiqué également Pascal, le marché est peu porteur, les créations d'emploi quasiment inexistantes, etc.

Le PDG qui a procédé au plan social (énorme), de la structure dans laquelle je travaillais, est, quant à lui, de nouveau en poste. Il est parti à une somme plus que conséquente...

Un exemple parmi tant d'autres. Nous sommes si nombreux, désormais.

Mais hauts les coeurs, cependant, comme dirait Monsieur Sorbier !
A+

you2


Bonjour Monsieur Sorbier,

Je dois aller faire quelques courses en ville et vous répondrai plus longuement plus tard, mais globalement, je suis pas mal d'accord avec vous.

Gilbert Sorbier

Cher You2,
THE DEPARTED très mal traduit par « les infiltrés» de Martin SCORSESE décrit les USA comme « Le tombeau d’un mensonge généralisé et où la vérité n’est plus qu’un secret chuchoté»
Je suis encore un patron (tout petit) pour 15 jours et je suis fier de ne pas m'être converti au Veau d'Or.
Votre message est un vrai plaidoyer à ne pas voter pour l’UMP, il est intéressant en ce qu'il met en relief le problême français et Européen N°1, cause de notre balance commerciale en déficit et de notre croissance bientôt négative.
Cette hydre qui nous dévore et que le monde politico-médiatique escamote pour ne pas nous démoraliser: l'ogre Chinois et la totale absence de plan de défense Européen.

Pascal L.

Que de choses vraies énoncées plus haut... Pour info, les patrons bénéficient bien d'une assurance chômage, seulement ils doivent au moins la contracter et la payer (!), ce qui ne représente pas vraiment un problème quand on gagne 400K€ par an. Dans le pire des cas, on arrive toujours à s'arranger avec la groupe qui fournit ce type de prestation. Quand l'ex-patron de Moulinex dit en susbstance qu'il n'a pas droit au chômage, il est donc soit un menteur, soit un demeuré, soit un gros fainéant qui était trop occupé à placer son salaire mensuel pour prendre le temps de souscrire une assurance, ce qui confirme bien qu'un patron N'EST PAS un salarié comme les autres.

Ce comportement et les demandes apparemment précises (en plus) de la larve humaine dont nous parlons ont quelque chose d'outrancier (pour le moins) et de scandaleux. Je suggère que nous nous mettions à plusieurs pour le faire rentrer dans un four à micro-ondes, et que nous tournions le bouton avant de tourner les talons.

La société ne s'en portera que mieux.

Sinon... you2 a également raison lorsqu'il dit que nous sommes dans un système où le "patron" (mais peut-on utiliser ce mot dans un tel cas ?) sera grassement payé, qu'il travaille ou non, qu'il atteigne ses objectifs ou non (quand il en a...), qu'il obtienne des résultats ou non.

Tout cela est aussi scandaleux et très immoral.

Je crache sur ce type d'individus, et avec mon langage fleuri habituel, je dis que nous devons nous en débarrasser.

Tout comme nous devons nous débarrasser des candidats à la Présidentielle qui ne prendraient pas position sur ce type de sujet : la crise morale qui détruit le France mais aussi toute vélléité de changement est la première chose à laquelle nous devons mettre un terme, en votant, ou en ne votant pas.

Pour l'heure, si l'ex-patron de Moulinex veut prendre la rafale de coups de pied au cul qu'il mérite, je suis à sa disposition (ta mère devrait avoir honte de toi salopard).

Je vous demande à tous de bien vouloir excuser mon emportement mais là...

:|

Pascal L.

"Sinon... you2 a également raison lorsqu'il dit que nous sommes dans un système où le "patron" (mais peut-on utiliser ce mot dans un tel cas ?) sera grassement payé, qu'il travaille ou non, qu'il atteigne ses objectifs ou non (quand il en a...), qu'il obtienne des résultats ou non."

Tiens, je viens de m'apercevoir que ça vaut aussi pour n'importe quel homme politique !

:)

séb

Bonjour à tous,
Globalement d'accord avec vous.
Je pense quant à moi que certains patrons, certains dirigeants, n'ont pas ou peu de morale, faudrait-il encore définir la morale et ses contours ( vaste sujet ). Mais en se mettant à la place de ces ouvrières de Moulinex c'est immorale! Comment peut-il demander un droit au chômage avec un salaire pareil, sans parler du Golden parachute ( selon ce vous dîtes Mr Bazin, il n'en aurait pas ), et après se regarder encore dans le miroir? Le fric toujours le fric et moins d'impôts si possible ( ah que Johnny )Pardon je suis hors sujet!
Bah le pauvre, il va aux prud'hommes pour licenciement abusif. Peut-être s'est-il fait virer de manière abusive! Alors qu'il porte plainte, rien d'immorale si, effectivement, l'abus est avéré mais pour autant a-t-il droit à des indemnités?
Pour moi la réponse est non puisque les salaires dépassent largement les plafonds! Est-ce immorale? Non.
Mais au final, est-ce au tribunal des prud'hommes de juger ce genre d'affaire?
C'est vrai comme vous l'avez dit Mr Sorbier: " la "morale" est devenue un gros mot! "
Quant au droit, nous ne sommes pas dans une république bananière, quoique parfois, on se demande!

you2

@ Pascal : Entièrement d'accord avec vous ! Je partage également votre point de vue, quand vous dites que le problème est trop important et bien trop grave, pour que les hommes politiques fassent comme s'il n'existait pas.

@ Gilbert : idem. Je suis d'accord avec vous. J'essaierai de développer plus tout à l'heure, car je m'absente une partie de l'après-midi. Ah, j'oubliais : Excellent film, "les infiltrés" , que j'ai vu il y a quelques jours !

@+ à vous 4 !

Pascal L.

Quand on voit que ni le Président ni le Premier Ministre n'ont seulement eu le cran de prendre position dans l'affaire Johhny... Mieux encore, Sarkozy a dit que le départ du grabataire du rock français était le signe qu'il y avait un "problème", que cela (le taux d'imposition) empêchait les chercheurs, les développeurs (etc.) de venir chez nous !

Comme souvent, Sarko a zappé l'essentiel, c'est-à-dire les Français qui sont déjà en France et qui, eux, ont le droit de payer un maximum d'impôts avec, en guise remerciements, un Nicolas Sarkozy qui ne ressent même pas le besoin de parler d'eux !

Désolé de vous l'apprendre Monsieur Sarkozy, mais les chercheurs sont déjà ici et n'ont pas de quoi se payer un loyer (en même temps je reconnais qu'il y aurait un sérieux coup de balai à donner dans la recherche, car on ne peut pas étudier toute sa vie les poils pubiens d'une tarentule et dire que finalement il n'en est rien sorti parce qu'on s'est trompé de direction...), quant aux vraie développeurs ils n'ont le plus souvent aucun moyen de percer !

Prenez ce parasite qui a détruit Moulinex, qui voudra nous faire croire qu'il avait reçu pour mission de sauver l'entreprise ?

En 2006, les patrons, ces patrons-là en tout cas (dans lesquels je ne range évidemment pas notre ami Gilbert Sorbier), sont comme une procession de cafards : il y en a un qui s'engouffre dans un trou et si çà passe, tous les autres suivent.

On sait très bien que sous couvert de tentatives de "redressement", beaucoup de bons à rien professionnels Français se sont spécialisés dans la liquidation des entreprises, alors qu'il est parfois possible de les sauver.

Quelque part, les Français sont responsables de la disparition des entreprises françaises car ils n'achètent plus les produits français, mais souvent ils n'en ont plus les moyens... (pianos Pleyel). Un cercle vicieux que d'autres pays ont su briser intelligemment en maintenant un subtil équilibre entre ouverture et protectionnisme économique.

En France où nous avons la densité la plus élevée de faux patrons mais de vrais incompétents au mètre carré (à commencer par les ultras du MEDEF et de la CGPME qui, c'est le comble, ne réprésentent même pas une goutte d'eau par rapport à l'ensemble du patronat), on ne devait pas s'attendre à ce que qui que ce soit gère le problème.

La France (une fois de plus) pas championne en tout, c'est certain, mais championne de l'inaction, çà aussi c'est une certitude !

Bertrand14

C'est une bonne question posée par Laurant Bazin, cela dit il y a un plus dans cette affaire, le PDG en question n'a eu le statut salarié que 3 semaines avant de passer à la charrette.
De là à penser qu'étant au courant du licenciement à venir, il a pris ce statut salarié pour faire valoir droit à indemnités ultérieurement, il y a un pas que je suis tenté de franchir... Et ce serait d'un cynisme écoeurant.

Sinon si tout est dans les règles, alors pourquoi pas en effet indemniser un ancien PDG devenu salarié ? Le droit c'est quelque chose de froid, pas de moral... Sinon ça devient subjectif... Eh oui, les riches aussi ont droit aux indemnités...

séb

Oui cher Bertrand14, à condition que le dirigeant ou patron soit engagé en tant que salarié. Ce qui dans l'affaire Moulinex n'est pas le cas! 3 semaines de cotisations, et il veut les mêmes droits! Les employés doivent cotiser 6 mois minimun pour avoir le droit à 243 jous d'indemnités.
J'en dis pas plus de ce que je pense de l'ex-dirigeant de Moulinex, ça pourrait devenir indécent ;D

côme

Entièrement d'accord sur l'aspect choquant de cette affaire et ce pour deux raisons : son salaire lui assure la possibilité de mettre de l'argent de côté et d'autre part il peut plus facilement retrouver du travail qu'un ouvrier qui a passé 20 ans dans la même boite à faire la même chose.

Mais le fait d'être choquer n'enlève rien au fait d'avoir des droits au regard de la loi. (Alors là en toute logique Pascal et M. Sorbier vont me dire que la justice est pourrie etc... :)... Mais bon... Vous êtes des anarchistes d'une nouvelle espèce : des anarchistes de droite :D!). Le gars touchait 400.000 euros par an... Et alors ai-je envie de dire? Les gros salaires ne me choquent pas du tout. Le problème vient du fait de ne pas assumer ses responsabilités lors d'un échec. Je ne connais pas le dossier mais si cette personne est en partie responsable de la fermeture de cette usine il n'y pas de raison de lui faire de cadeau.

Par contre si l'on parle des patrons "en général" la donne est différente. La plupart des patrons français sont à la tête de petites PME ; il n'y a pas de bénéfices de dingue, de golden parachute et tout ça. La situation des personnes qui osent monter leur petite entreprise et qui doivent mettre la clef sous la porte n'est pas enviable. J'ai été témoin de plusieurs situations comme celle là et il est clair que le courage de ces gens n'est pas assuré. Parce qu'on aura beau dire mais avoir l'audace de monter son entreprise en France n'a rien avoir avec le fait d'être salarié.

Alors droit ou morale...? Comme d'habitude on aimerait bien pouvoir trouver La solution qui fasse en sorte de tout régler d'un coup. Pourtant ça n'arrive jamais. Il n'y aura jamais de loi pour contenter tout le monde d'un coup. En outre le droit se nourrit du sens moral des valeurs de la République. Donc vouloir dissocier les deux n'a pas vraiment de sens.

(Sinon j'ai été très surpris par la qualité des débats de l'UMP hier. J'avais raté le premier et vu ceux du PS et je dois dire que j'ai préféré celui de l'UMP... de loin! Sur le fond bha là c'est selon chacun..)

Bertrand14

Entièrement d'accord avec toi séb, et d'ailleurs je crois bien que dans mes propos je vais dans le même sens.
Mais sinon pour un PDG lambda (et donc pas celui-là en raison de cette histoire de 3 mois scandaleuse), je ne vois pas d'obstacle à une indemnisation, sur le fond, si bien sûr le statut de salarié du PDG est antérieur aux éventuelles menaces sur l'entreprise.

Tiens sinon, ça arrive souvent des PDG salariés ? C'est quand même bizarre tout ça...

Pascal L.

Ici nous avons affaire à une homme de paille et non pas à un salarié. C'est une technique quasie-obligatoire, quand vous voulez fermer une boîte aussi connue que Moulinex chez nous, de trouver un paravent humain qui pourra attirer sur lui les foudres du bon peuple. Le prix à payer pour la fonction est d'accepter de subir les insultes du public, et le salaire reçu en échange une forte somme qui ne correspond le plus souvent à aucun travail concret.

Côme : "En outre le droit se nourrit du sens moral des valeurs de la République."

Dans l'esprit, c'est effectivement ce qui était prévu en 1804 quand le premier Code civil a été achevé. Serait-ce faire une analyse d'anarchiste de droite que de dire que l'on est un peu passé à une autre époque (Seznec et Johnny, deux poids deux mesures comme j'en parlais dans un autre commentaire) ?

Disons que pour simplifier, je propose que l'ex-patron de Moulinex soit lapidé, puis fusillé, puis que des camions remplis de frigidaires lui roulent dessus, etc.

Et j'assume ce côté un peu "enthousiaste" dans la sévérité :), cela a au moins le mérite de compenser la scandaleuse absence de réaction des politiques face aux mêmes problèmes.

:)

côme

"Serait-ce faire une analyse d'anarchiste de droite que de dire que l'on est un peu passé à une autre époque (Seznec et Johnny, deux poids deux mesures comme j'en parlais dans un autre commentaire) ?"

Mais tout à fait Pascal. Vous jouez parfaitement votre rôle puisque d'un côté vous condamnez les petits de Johnny (qui est dans son droit) et brandissez l'étandard de l'injustice (alors que justice a été rendue à 15 reprises dans l'affaire Seznec) et d'un autre vous êtes ouvertement pour la peine de mort (peine défendue par qui on sait)....

Bon au-delà de ça je serais bien curieux de savoir ce que vous trouvez de bien dans cette France Pascal. Vous avez mis le long d'un mur : les hommes et femmes politiques, les partis, les patrons, les grandes sociétés, les journalistes, les grandes écoles et les étudiants, les intellectuels, la justice.. et je dois en oublier... Une fois tous contre le mur vous avez fait feu.

Pascal L.

Faux je n'ai pas tiré. Par contre avec une mitrailleuse imposante, je suis persuadé que l'on peut arriver à des miracles, comme faire pisser tout ce beau monde dans son froc. Non je plaisante. :)

Je ne range évidemment pas tous les représentants de chaque corporation dans le même panier, mais je reconnais que pour les politiques, on pourrait les mettre dans un sac de marin, relier les anneaux et jeter le sac au fond de la Seine, tout le monde s'en porterait aussi bien.

Bon, là je dois quitter le blog quelque temps mais je reviendrai expliquer ma position plus longuement, promis.

;-)

P.-S. : Côme et moi on s'embête un peu dans le sujet sur le foot. Viendez causer avec nous !
http://canalplusblog.typepad.com/bazin/2006/11/a_bas_le_foot.html

Gilbert Sorbier

Mon cher Côme,
Finalement vous êtes d’accord avec nous tous... unanimes à dire que notre société souffre d’un vrai déficit moral !
Comme je l’ai déjà dit « chez Laurent Bazin», j’ai le privilège d’avoir parlé «socio-économie» avec des dizaines de chefs d’entreprise. La plus part de ceux qui ont crée leur propre société ne sont pas des patrons voyous comme celui qui à généré le sujet de référence.
Une majorité préfèrerait voir leur société se développer et embaucher grâce à des charges sociales en adéquation avec ce qui se pratique chez nos concurrents directs quitte à payer plus d’impôts sur les bénéfices, les revenus ou la TVA.
Malheureusement les débats télé n’invitent jamais les acteurs de l’économie, de peur qu’ils abordent les vrais problèmes : Par exemple, pour parler du CNE on évite soigneusement les patrons de PME ayant l’expérience de prendre du personnel en CNE, on se contente d’inviter des «experts» sans expérience concrète qui débitent les dernières théories de salons ou l’on cause.
Côme, votre « TOC» a dû vous reprendre quand vous dîtes que je suis un «anarchiste de droite». C’est Jean-François Khan qui a eu cette très belle phrase : «Quand la société est en décomposition, c’est l’ordre et la justice qui sont révolutionnaires»
Je pourrais plagier en disant que contre une société sans droit ni morale (Denis Robert, Patrons voyous, Expatriés Fiscaux, Politiciens ex-délinquants, Juges corporatistes etc.), la résistance à l’establishment est de la LUCIDITE, pas de l’anarchie.
En France l’anarchie réside essentiellement dans un mille-feuille de lois que même les comptables… ne comptent plus, ou même les juges sont perdus!

côme

Très bon billet M. Sorbier, merci de l'avoir écrit, je ne suis pas d'accord avec tout (à cause de ma maladie ;))mais bon il y a tellement de choses à dire... est-ce l'endroit!?

Juste un point je suis très surpris que vous pensiez que Royal puisse être la personne qui appliquera ou fera appliquer la politique économique que vous préconisez.

Gilbert Sorbier

Mon cher Côme,
Si vous trouvez l'endroit où j'ai écrit que Mme Royale allait adopter ces solutions que les chefs d'entreprise dotés de déontologie appellent de leurs voeux: dîtes le moi !
Non je dis seulement que je voterais pour le 1er candidat qui énoncera explicitement son désir de libérer le monde du travail français de l'énorme handicap qu'il traine par rapport à ses concurents directs tout en ré-équilibrant les prélèvements en faveur des "smicards" à Smic + 25%.

côme

Dans un commentaire vous avez avancé l'idée : Bayrou ou Royal mais pas Sarkozy. J'en ai déduis, peut être un peu vite, que vous seriez prêt à vôter pour elle or d'un point de vue économique elle semble assez éloignée de vos questions.

Monter le smic d'accord mais qu'arrive-t-il aux salaire qui sont aujourd'hui 25% au-dessus du smic ayant pu être atteint par des augmentations motivées par un bon travail ou autre? C'est juste une question je n'ai pas forcément de réponse.

nicolas

J adore ta question come, on a depuis bien longtemps oublier le socle de la fameuse justice sociale: le merite et pas le vociferage des troisieme tours sociaux qui ne representent personne.
L arbitaire reglementaire ne peut qu etre contraire au merite donc a la justice, puisqu il nie la liberte, de gagner moins par exemple

Alors oui liberte egalite fraternite, mais
La Liberte comme axiome, les hommes naissent libres, on a le droit a la propriete, l impot doit etre librement consentit, etc
L'Egalite devant la loi comme principe, pas de protectionisme, pas de subventions aux entreprises, pas de SMIC, etc..
La Fraternite comme morale, necessairement hors du cadre de la loi, les societes ne sont pas morales seul les individus le sont ou pas...

Gillou

Cher Pascal, je reprends vos termes : Quand on voit que ni le Président ni le Premier Ministre n'ont seulement eu le cran de prendre position dans l'affaire Johhny...
C'est inexat, suivez l'infos, ils se sont prononcés tous les deux hier.

you2

@ tous,

Une véritable politique industrielle devrait être mise en place. Mais cela ne semble pas être la préoccupation de nos hommes politiques. Combien en ont parlé jusqu'à ce jour ? J'ai beau chercher, je ne vois pas...

Il convient parfois de se demander, s'ils savent qu'il y a des chômeurs en France....

Quelle ne fut ma surprise de voir la réaction de Arnaud Montebourg, de François Bayrou même, de Jean-Marie Le Pen et de Patrick Devedjian, face à une jeune femme au chômage, lors d'une dernière émission de "A vous de juger" sur France 2. Ils furent... lamentables ! Aucune empathie... tout juste de l'arrogance, presque de l'agressivité pour deux d'entre eux...

J'ai également constaté que finalement, ils ignoraient non seulement ce qu'était le chômage, mais n'avaient aucune connaissance du tissu économique.

Le seul qui s'en est mieux sorti, je dirais, fut Patrick Devedjian.

De plus, combien, parmi tous nos hommes politiques, connaissent vraiment le fonctionnement d'une entreprise ?

you2

Autre chose qui me vient à l'instant à l'esprit.

A part Laurent Bazin (et ce n'est pas pour flagorner, c'est une simple constatation), combien de journalistes posent une question relative au chômage, quand ils ont comme invité, un homme politique ?

A chaque fois, Laurent Bazin évoque ce problème, au "Franc Parler", mais aussi à iMatin, avec l'invité politique du jour, mais je dois dire que ce n'est pas là général, chez tous les journalistes.

Je ne dis pas que les interviews des journalistes sont mauvaises, je m'interroge simplement, et m'en étonne, car étant concerné par le chômage, je suis particulièrement attentif, quand je suis un débat.

On doit reconnaître à Arlette Chabot également, que je n'apprécie pas spécialement, pour ce qui me concerne, d'oser aborder ce problème, durant ses émissions.

Gilbert Sorbier

Mon cher Côme,
Je me fais probablement des illusions, mais en tant qu'admirateur du "Che", je caresse le doux espoir que sa nouvelle copine va adopter quelques unes de ses idées dont nombre sont aussi celles des chefs d'entreprises progressistes qui estiment, comme d’ailleurs Emmanuel TODD,
Qu’un marché Européen de 450 millions d’âmes peut se permettre une certaine dose de protectionnisme. D’autre part si les éléphants avaient une vision franchouillarde de l’économie, les cerveaux de la relève (Valls, Boutih, Peillon, Montebourg) sont assez ouverts à la vue très « Suédoise» de Ségolène mélangeant des services publics vraiment publics avec une bonne dose de libéralisme pour le secteur privé.
Pour dire le fond de ma pensée :
Pourquoi les élites Françaises ont tellement peur des modèles socio-économiques Européen qui fonctionnent mieux que le nôtre ?
Pourquoi Thierry Breton exècre t’il les économies florissantes qui nous entourent ?

Parce qu’elles ont nécessité une impressionnante cure d’amaigrissement de tous les « Mammouths» et que ça demande infiniment plus de courage que d’ajouter quelques feuilles de + à l’imbroglio fiscal français.
Mon avis personnel est que les 20% de bons vieux conservateurs réactionnaires de papa, comme les 20% de bourgeois fonctionnaro-intellectuels de gauche se trouvent très bien dans la France de 2006 et ne veulent surtout pas d’un régime plus solidaire ou l’on demanderait de participer à la réduction de la fracture sociale, pour la bonne raison qu’à force de dire que la France est un pays riches…. La France est devenu un pays de pauvres.
Je suis contre l'assistanat, mais
je connais par cœur la dialectique de l’égoïsme qui consiste à espérer qu’un miracle va enrichir le Pays et qu’un jour………. Les pauvres en bénéficieront !
La vérité c’est qu’un ouvrier Suédois est prêt à donner beaucoup plus car il n’a pas ce sentiment d’être un sous-homme qu’on paye 400 fois moins qu’un patron très moyen.
Je ne demande rien de plus qu’un alignement des charges sur les salaires Français, sur les charges de nos concurrents les plus dangereux.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Sondage

  • Pour qui voteriez-vous
    si la Présidentielle se déroulait demain ?
    François BAYROU
    Olivier BESANCENOT
    Marie-Georges BUFFET
    Jacques CHIRAC
    Philippe DE VILLIERS
    Nicolas DUPONT AIGNAN
    Nicolas HULOT
    Jean-Marie LE PEN
    Ségolène ROYAL
    Nicolas SARKOZY
    Dominique VOYNET
    Autre candidat...



    Résultats des votes »

A propos

  • Parce que l'actualité ne s'arrête jamais, je vous propose de partager ici mes commentaires, de réagir aux infos glanées "off" et surtout de débattre ensemble, sans tabou.

    Langue de bois interdite, coups de gueules bienvenus...

L'auteur

  • A 40 ans, je co-anime depuis deux ans la matinale d'i>TELE aux cotés de Nathalie Iannetta.

    Avant de rejoindre le groupe CANAL+, je présentais le 18/20 d'Europe 1 et "Question d'actu" sur LCI. Ancien correspondant de TF1 à Washington et à Jerusalem, j'ai commencé ma carrière par le reportage.