« A propos de JM Morandini et de "censure"... | Accueil | Lorsque les Classes Moyennes changent la donne... »

samedi 09 décembre 2006

Commentaires

coleano

D'accord pour le "OFF" ,mais si en "OFF" la personne interwieuvée dit le contraire de ce qu'elle a dit en "ON " ,qu'elle doit ètre la position d'un journaliste "Indépendant" ???

côme

Bha ui c'est toute la question.... :s

Pascal L.

Si les journalistes savaient mieux s'exprimer la question ne se poserait pas.

côme

Vous pensez Pascal que c'est juste une question de sémantique? Au risque de me répéter selon moi le off est une chimère car le journaliste et le politique savent tous les deux que ce petit jeu "on/off" peut être une façon de jouer avec l'autre comme l'explique M. Bazin dans sa chronique.

Tout n'est pas aussi facile j'imagine... mais la question de Coleano demeure...

Pascal L.

Pour moi il est évident que quand un homme politique parle en "off", il sait qu'il court le risque que ses propos soit rapportés (quand il ne l'espère pas). C'est là je pense que doit intervenir "l'art" du journaliste, qui doit trouver un moyen politiquement correct de présenter l'info glanée en "off" (si tant est qu'elle existe). Laurent Bazin le dit lui-même, il s'est rendu au déjeuner avec Sarko dans le but, entre autres, de glaner des infos. Nous ressassons éternellement ce sujet parce que le commentaire de Laurent Bazin a été retiré à la demande de sa chaîne, mais l'événement en lui-même est assez anecdotique, et la décision unilatérale du retrait plutôt maladroite vu le retentissement... Si le commentaire avait été maintenu, tous les blogueurs penseraient sans doute que l'on passe très naturellement et sans bobo du "on" au "off", non ? Ce qui semble d'ailleurs être le cas général.

Alain KERHERVE

Nicolas Sarkozy donneur de leçon...
Nicolas Sarkozy a, au cours du dernier forum UMP, opposé la conception que le général de Gaulle avait du référendum à celle de ses successeurs, en faisant allusion à la consultation du 29 mai 2005, voulue et perdue par Jacques Chirac, sur la Constitution européenne.
Alors que le général de Gaulle voulait en faire un moyen de "relégitimer" le chef de l'Etat, "nous avons assisté à des référendums curieux où si on répondait oui ou si on répondait non ça n'avait aucune conséquence politique nationale" a-t-il précisé.
"Je voudrais rappeler que le référendum du 27 avril 1969 sur la réforme du Sénat et la régionalisation, quand les Français ont dit non, le général en a tiré la conclusion et qu'il est parti", a-t-il ajouté. "Arrêtons de dire qu'on est toujours dans la Ve République du général de Gaulle."
Ainsi s'exprime le Ministre de l'intérieur en campagne présidentielle face à Michèle Alliot-Marie.
Mais rafraichissons sa mémoire. Le président de l'UMP n'a-t-il pas fait campagne pour le "oui" au référendum de 2005 ? La réponse des Français n'a-t-elle pas été suffisamment claire ? Quelle leçon le démocrate Sarkozy a-t-il tirée de sa défaite ? Aucune, sinon celle de contourner, s'il est élu en 2007, le choix du peuple en proposant de passer par la voie parlementaire pour faire adopter une constitution européenne-bis aussi mauvaise pour la France et les Français. Nicolas Sarkozy se veut donneur de leçons, mais peut-on avoir confiance ? La volte-face concernant GDF est suffisamment éloquente pour répondre, une fois de plus, "non".

www.gaullisme.fr

Pascal L.

Tout à fait d'accord avec vous Alain, Sarkozy fait surtout de la politique spectacle. Il y aurait beaucoup à dire sur de Gaulle aussi (notamment sur sa nullité en tant que jeune officier), mais force est de constater que dès qu'une initiative est prise pour que, dans l'esprit au moins, elle serve les Français et que les politiques s'y conforment, on retrouve bien souvent cette initiative au fond du premier carton qui traîne...
:(

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Sondage

  • Pour qui voteriez-vous
    si la Présidentielle se déroulait demain ?
    François BAYROU
    Olivier BESANCENOT
    Marie-Georges BUFFET
    Jacques CHIRAC
    Philippe DE VILLIERS
    Nicolas DUPONT AIGNAN
    Nicolas HULOT
    Jean-Marie LE PEN
    Ségolène ROYAL
    Nicolas SARKOZY
    Dominique VOYNET
    Autre candidat...



    Résultats des votes »

A propos

  • Parce que l'actualité ne s'arrête jamais, je vous propose de partager ici mes commentaires, de réagir aux infos glanées "off" et surtout de débattre ensemble, sans tabou.

    Langue de bois interdite, coups de gueules bienvenus...

L'auteur

  • A 40 ans, je co-anime depuis deux ans la matinale d'i>TELE aux cotés de Nathalie Iannetta.

    Avant de rejoindre le groupe CANAL+, je présentais le 18/20 d'Europe 1 et "Question d'actu" sur LCI. Ancien correspondant de TF1 à Washington et à Jerusalem, j'ai commencé ma carrière par le reportage.