« Ca l'affiche mal... | Accueil | Les craintes d'Elisabeth Guigou. »

mardi 16 janvier 2007

Commentaires

Gilbert Sorbier

Cher Laurent,
Si je vous suis, il n'y a plus de pilote dans l'avion ?

Gilbert Sorbier

Laurent,
En "off" et de vous à moi, je ne sais pas s'il est très pratique (en tous cas pour des gens "carrés"), de disposer de deux nouveaux messages en même temps.
Ou bien ?

sarkochienchien

Ca y est, Mon Maître (Nicolas Sarkozy) est Président de la République :
http://sarkochienchien.canalblog.com

Pascal L.

Les rats continuent de quitter le navire... Si on compte Jacques Chirac, Dominique de Villepin, Jean-Louis Debré et Azzouz Begag, il reste un petit carré de fidèles qui classent encore Jacques Chirac dans la liste des individus qui méritent le titre de Président de la République. Quatre, c'est bien pour jouer à la belote. Mais pour jouer à la belote, c'est aussi appréciable d'avoir un mec pour apporter le Ricard. Jean-Louis Borloo ne faisant pas vraiment partie du petit cercle, je me demande si Chirac n'est pas condamné à boire de la grenadine jusqu'en avril 2007...

béber

A LA GUERRE COMME A LA GUERRE

Mon p'tit papa a moa a lui aussi la légion d'honneur.
Et quand des curieux lui demande comment il l'a eut, il leur dit qu'autrefois ,il était chanteur...

ps / Elkabach s'améliore, il y eut un temps où sur le site d'europe 1, on reconnaissait facilement les photos des invités de gauche : elles étaient toutes ratées, comme par hasard.

Pascal L.

Les voeux à la presse de Marie-George Buffet n'ont pas non plus déclenché des torrents de passion dans la foule.

Pour ses voeux à la presse, Marie-George s'est entouré de jeunes et je me suis dit, en voyant cette assemblée qui semblait vraiment s'emmerder, sur les images d'iTélé, que Marie-George se posait déjà, en ce début 2007, comme la candidate des rastas blancs, des filles qui ne se lavent pas les cheveux et des mecs qui ne veulent pas se raser.

Sinon, rien de vraiment neuf à l'ombre de la faucille et du marteau : l'objectif de Marie-George, invitée ce midi à intervenir dans le journal de France 2, est de battre la Droite. Eh oui, Marie-George s'imagine toujours que "battre la droite" est un objectif à la hauteur des attentes des militants communistes !

Sinon... Je reste toujours sidéré par la nullité de Marie-George Buffet : ses idées ne sont que des amorces d'idées, on ne sait toujours pas si elle finira par rentrer dans le rang de la gauche "non-marginale", encore représentée par le P.S., mais ce qu'on sait, c'est qu'elle fait, comme Hollande, une véritable fixation sur le clan Sarko.

Il est vrai que lorsqu'on n'a rien à dire, c'est facile et tentant de faire l'amalgame entre le boss de l'UMP et les échecs répétés du Gouvernement Villepin.

Villepin... Aujourd'hui c'est lui qui me fait de la peine. On dirait qu'il commence seulement à comprendre que personne n'a rien à foutre de lui ! Il faut dire qu'à force de rester dans le sillage de Jacques Chirac, Villepin a toujours senti un peu le produit anti-mîtes. Jacques Chirac, c'est pas ce qu'on a fait de mieux pour incarner les valeurs de changement que les Français réclâment aujourd'hui !

Qui d'autre ? Ah oui, Azzouz Begag. Ben, Azzouz Begag, je l'ai vu hier dans le Franc-Parler, et après quelques minutes (ou secondes ?) pendant lesquelles je me suis dit qu'il avait l'air d'un gars bien sympathique (bien qu'un peu au ras des pâquerettes), je me suis rendu compte que l'homme que je regardais n'était pas un homme politique et encore moins un Ministre digne de ce nom, seulement un énième "suiveur" décérébré du grand Jacques, incapable de reconnaître que la législature de Chirac a été une catastrophe à de nombreux égards.

Même chose ce matin avec Guigou. Ah, elle m'a beaucoup déçu, Guigou... C'est bizarre, elle a l'air intelligente pourtant ! Mais quand on réalise qu'elle laisse son cerveau au placard dès qu'il est question de prendre position pour ou contre Royal ou son programme, on se retrouve face à une coquille vide.

C'est à se demander s'il n'y a pas un service d'ordre interne, au P.S., qui gère ces petites tracasseries en coulisses ! Bon tu vois, Ségolène, le non-programme, ben si tu dis un truc de travers, nous on te pète les deux bras et les deux jambes, alors tu restes à ta place, tu dis ce qu'on te dit de dire et tu pourras continuer à gérer les paluches des électeurs de ta circonscription. OK ? On est d'accord alors ?

Guigou a dit oui. Elle a juste dit, à un moment, qu'elle était plus favorable à une candidature de Jospin mais que c'était du passé (Jospin ayant choisi de faire une deuxième moi ce qu'il avait fait avec le plus de compétence au cours de sa carrière politique : se retirer).

Aujourd'hui, Elisabeth s'aligne sur le programme de Ségolène qu'elle ne connaît pas (elle était particulièrement gênée quand on a abordé le volet fiscal du non-programme de Ségolène et les décalages entre les déclarations de Ségo et celles de son futur ex-compagnon, qui a déjà une fesse sur un siège éjectable, toujours en phase de construction dans les locaux du P.S.).

Elle est drôlement agitée cette journée politique !

Beaucoup de bruit mais toujours aussi peu de certitudes, si ce n'est :

1°) plus Ségolène la boucle, moins on parle d'elle. C'est confirmé ! En même temps, ça ne la déssert pas forcément, car plus elle la boucle, moins elle dit de c...

2°) tout le monde au P.S. commence à se rallier à une ligne officielle vraiment connue de quelques initiés seulement (si au moins elle existe), comme à l'apogée du stalinisme. C'est une constante au P.S. depuis... 1981, et vous voyez "qui" je veux dire.

3°) Sarko doit maintenant porter un gilet pare-merde, nouvel accessoire vestimentaire sensé le protéger des étrons lancés de toutes parts par des adversaires politiques qui ne le voient pas comme un candidat (sauf le P.S. peut-être ?) mais comme un homme à abattre. La stratégie sera-t-elle payante ou ne fera-t-elle, au contraire, que resserer autour de Sarko des gens qui hésitaient à peut-être voter pour lui ? Bah, on verra...

4°) J'ai enfin entendu Azzouz Begag, et vu qu'il aime bien parler un peu comme un charretier, je pense que c'est lui qui amènera la grenadine pour le Président.

5°) si tu n'aimes pas te laver, si tu n'aimes pas te raser, si tu sais prendre un air benêt devant une caméra, le dernier point de chute à la mode n'est PLUS la Star Académie mais un discours officiel de Marie-George Buffet. C'est simple, tu te colles à Marie-George, tu prends ton air "jeune" et tu attends. Tu ne fais rien. Comme à Star Ac sauf que là, même si tu as l'air con, les gens se diront peut-être au moins que tu t'intéresses un peu à la politique. C'est pas chouette le PC ?

...

Gillou

@ Pascal, pourquoi la belote, moi je préfère le bridge (que je ne partique pas) au moins il y a un mort !!!

Pascal L.

Oui mais là, comme Chirac, Villepin et peut-être Begag sont des morts politiques en sursis, trois morts çà ferait un peu trop pour une seule partie de bridge, non ?

:)

you2

@ Laurent :

Merci pour vos deux nouveaux messages, Laurent.

Je viens également de vous laisser un post à l'article sur Elisabeth Guigou.


Ayons tous une pensée pour Dominique de Villepin, qui doit se sentir bien seul, ces temps-ci...

Je vois qu'il a contacté un cabinet pour recaser ses collaborateurs, quel bon patron...

Ah, si nous avions eu un tel patron, nous serions déjà tous depuis longtemps en activité, nous, chômeurs blogueurs...

Enfin, vu le peu de créations d'emploi, j'espère que ce fameux cabinet parviendra à les aider à retrouver un travail. Mais bon, je ne me fais pas de soucis pour eux, va...

Ah la la, mais pourquoi donc ne suis je pas dans l'entourage proche de Dominique de Villepin, car si ça se trouve, j'occuperais un emploi depuis longtemps, dans ce cas, et qui plus est, je pourrais même avoir un travail intéressant, peut-être avec quelques responsabilités, qui sait, et non pas un emploi alimentaire ou subalterne...

Enfin bon, ne rêvons pas... Pour l'instant, je suis toujours sans emploi...

Ah la la, saviez vous, Monsieur de Villepin que les entreprises nous prennent pour des pions ? Si,si. Ou des kleenex, ça dépend.

Saviez vous, Monsieur de Villepin que j'attends des réponses de sociétés, qui parfois ne viennent jamais ? C'est encore le cas, actuellement.

Saviez vous, Monsieur de Villepin, que même en les relançant, ces mêmes structures n'ont même pas la décence de nous répondre.

Ah, vous l'ignoriez...

Sortez de votre palais, Monsieur de Villepin, allez sur le terrain...

Ah la la, vous aussi, Monsieur de Villepin, vous serez bientôt sans emploi, enfin, vous ne serez plus premier ministre, j'entends.

Je ne me fais aucune inquiètude pour vous pour la suite. Vous ne connaîtrez jamais le chômage, Monsieur de Villepin, et tant mieux, car croyez moi sur paroles, ce n'est pas là une situation réjouissante...

Je me souviens d'un des tout premiers discours de Dominique de Villepin, qui nous a fait énormément de mal, à nous, chômeurs, car il laissait entendre, ou du moins l'avons compris ainsi, que nous préférions l'oisiveté au travail...

Je pense toutefois que nous avions bien compris son discours, car je me suis aperçu qu'il avait eu un impact sur l'ensemble de nos concitoyens. A cette époque, il n'était d'ailleurs pas bon être au chômage. Le chômeur, déjà mal considéré, l'était un peu plus...

Nous sommes victimes et non coupables, mais cet état d'esprit persiste, de croire que le chômeur, se plaît au chômage, et personne ne voit ce que cela peut engendrer comme malheurs financiers, parfois, comme tristesse morale, comme chagrin, comme fragilisation, comme solitude, comme écoeurements, comme humiliations, comme sentiment d'inutilité, etc.

Grâce à Monsieur de Villepin, les chômeurs ont encore été plus mal vus et se sont sentis encore plus humiliés.

Alors Monsieur de Villepin, sachez que je ne souhaite pas que vos proches se retrouvent un jour dans cette situation et comprenez également, Monsieur de Villepin, que le travail,
c'est structurant, équilibrant, épanouissant et que cela permet une vie sociale et que vous peut-être, pouvez vivre d'amour et d'eau fraîche, mais que ce n'est pas là le cas des millions de chômeurs que nous sommes.

Mais Monsieur de Villepin n'a jamais traversé une telle situation. Tant mieux pour lui. C'est peut-être la raison pour laquelle il ne peut pas comprendre et pourquoi, il n'a absolument aucune empathie.

Bon fin d'après-midi à vous Laurent,

A+

Pascal L.

De Villepin est un grand con. C'est pourquoi je l'appelle souvent l'asperge. Dans toute ma vie j'ai assisté à un seul (très petit) meeting politique. C'était il y a longtemps et j'étais en pleine période de chômage (pour changer). Balladur, vous savez, celui qui a le visage plus blanc que blanc, était venu à Draveil, en Essonne, pour soutenir la candidature de Georges Tron à la Mairie de la Ville. Parlant surtout de politique nationale, Balladur avait déclaré à-propos du chômag que c'était un "point de détail" ! Un peu comme Le Pen quand il parle des camps de concentration dans l'histoire de la Seconde Guerre Mondiale.

A ce moment-là, j'vais eu envie de me lever et de hurler "mais vous devriez avoir honte" ! Mais je n'ai rien fait. La salle était remplie de fanatiques tous acquis à la cause balladurienne, et en tant que lambda, je n'ai pas eu les c... d'assumer un tel éclat.

En sortant du théâtre dans lequel se tenait cette réunion politique (naïf, je n'avais pas vraiment compris que c'était une réunion politique), j'ai marché quelques mètres presque à-côté de Balladur, en lui tournant le dos. Il m'a regardé d'un air étrange, se demandant peut-être pourquoi j'étais l'un des seuls, dans tout le bâtiment, à ne pas le regarder comme un Dieu... J'ai eu envie de lui mettre une baffe. Puis ses gardes du corps, qui étaient restés en arrière (des incompétents notoires visiblement), nous ont rejoints, et Edouard s'est bien vite retrouvé entouré d'un groupe de rugbymen en costume.

Fin de l'épisode. Mais quand même, des années après, je regrette encore de ne pas avoir eu le courage de dire à Edouard Balladur ce que je pensais de lui.

Et je pense à-peu près la même chose de Villepin.

Disposer d'un tel pouvoir et ne pas l'utiliser, ou l'utiliser à mauvais escient, a quelque chose de honteux et de criminel.

Personnellement je ne regretterai pas le départ de l'asperge. Et je ne lui souhaite rien du tout. Ni en bon ni en mal. Qu'il disparaisse de ma vue, cela me suffira.

you2

@ Gilbert :

Au contraire, moi je trouve cela très bien que Laurent nous mette deux articles en même temps, surtout quand il s'agit d'articles courts. C'est très bien !

Merci à Laurent.

@+

you2

@ Pascal L

En total accord avec vous, je suis !

Je viens de lire votre post concernant Edouard Balladur (et ses propos absolument sidérants, totalement choquants, relatifs au chômage. On voit qu'il n'a jamais été dans cette situation là !) et D. de Villepin.

Je pense pareil que vous.

A+

Pascal L.

Oui. Aussi bien pour Balladur que pour De Villepin, les demandeurs d'emploi sont des chiffres dans des colonnes. Comme les chiffres changent souvent (vous aurez remarqué comme moi que c'est toujours à la baisse, même si nous voyons tous les jours des entreprises bénéficiaires fermer pour cause de délocalisation), on les écrit au crayon. Un petit coup de gomme et hop, c'est réglé. Et çà fait 25 ans que çà dure !

Aussi, et différant en cela avec notre ami Gilbert, je voterai pour le candidat qui aura les meilleures propositions en matière de lutte "pour l'emploi et contre le chômage", car seul un tel candidat sera digne à mes yeux de diriger le pays.

Pour l'instant ce candidat n'existe pas, et comme souvent on parle beaucoup de ceux qui ont quelque chose (à commencer par de l'argent), on tente de les rallier, on tente de les séduire, mais les "chômeurs malgré eux" peuvent crever.

A mes yeux, aucun candidat n'a l'envergure, ni la poigne, ni la volonté, dans cette élection, pour s'attaquer au problème du chômage. C'est véritablement honteux.

Gillou

@ you2,
"Nous sommes victimes et non coupables, mais cet état d'esprit persiste, de croire que le chômeur, se plaît au chômage, et personne ne voit ce que cela peut engendrer comme malheurs financiers, parfois, comme tristesse morale, comme chagrin, comme fragilisation, comme solitude, comme écoeurements, comme humiliations, comme sentiment d'inutilité, etc."
Moi cela m'a obligé à vendre ma maison que j'nous avuons eu tant de mal à nous acheter, mais ce bol d'air n'a été que temporaire car elle n'était pas fini de payé et quand vous vous retrouvez tout seul en même temps, "c'est la double peine", il faut s'accrocher à la vie.

Pascal L.

Gillou, vous avez raison de rappeler que même pour la plupart des retraités, la vie n'est pas rose ! Je ne le sais que trop bien quand je vois ce que la France fait (aussi) pour mes parents après une vie de travail !

Les médias se félicitent actuellement de voir que le taux de naissance atteint des sommets, ils en déduisent d'une façon vraiment hâtive et peu sérieuse, que tout marchera mieux dans l'avenir, mais quand tous les bébés d'aujourd'hui seront au chômage parce qu'il n'y aura plus du tout de boulot en France et que la dette de la France aura atteint 8000 milliards d'Euros ou plus, qu'est-ce qu'on fera ???

you2

@ Gillou,

Je viens de lire votre post, Gillou, répondant au mien, je vous cite :

"you2,
"Nous sommes victimes et non coupables, mais cet état d'esprit persiste, de croire que le chômeur, se plaît au chômage, et personne ne voit ce que cela peut engendrer comme malheurs financiers, parfois, comme tristesse morale, comme chagrin, comme fragilisation, comme solitude, comme écoeurements, comme humiliations, comme sentiment d'inutilité, etc."
Moi cela m'a obligé à vendre ma maison que j'nous avuons eu tant de mal à nous acheter, mais ce bol d'air n'a été que temporaire car elle n'était pas fini de payé et quand vous vous retrouvez tout seul en même temps, "c'est la double peine", il faut s'accrocher à la vie."

Je comprends quelles souffrances vous avez dû traverser, Gillou, et votre message m'a beaucoup ému.

Comme il est injuste de devoir revendre sa maison, qu'on a mis tant de temps à acheter, et quand on pense aux années de travail qu'il vous a fallu pour acquérir un bien. C'est vraiment, vraiment très injuste, inacceptable ! Et je me mets à votre place car cela a dû être réellement très dur !

Je sais que le chômage s'accompagne bien souvent aussi, d'un divorce et j'ai connu des chômeurs, qui s'étaient séparés de leur conjoint, à cause de cette situation.

Je vois que cela vous est arrivé et je comprends combien cela doit être dur pour vous de vous retrouver seul !

Vous avez vécu beaucoup de souffrances, je vois, et de grandes douleurs.

Je vous envoie du soutien, Gillou, en tout cas, car comme vous dites, il s'agit là d'une double peine.

Je suis vraiment très touché par votre post et ai du mal à trouver les mots justes, mais sachez, en tout cas, que je vous comprends, que je pense bien à vous et que je suis de tout coeur avec vous !

A+ Gillou !

you2

@ Pascal :

Entièrement d'accord avec vous ! Je partage aussi cet avis, je vous cite :

"Aussi, et différant en cela avec notre ami Gilbert, je voterai pour le candidat qui aura les meilleures propositions en matière de lutte "pour l'emploi et contre le chômage", car seul un tel candidat sera digne à mes yeux de diriger le pays."

Pour le moment, ce candidat ne semble pas exister, en effet, et je vais également totalement dans votre sens, avec tout l'ensemble de votre post.

C'est pourtant là le problème premier ! Et très schématiquement, si nous améliorons l'emploi en France, tout le reste suivra, pouvoir d'achat, relance de l'économie, etc.

Je ne comprends absolument pas pourquoi, les candidats semblent si peu se préoccuper du chômage ! Incompréhensible !

A+

you2

@ Pascal :

Exactement, exactement, exactement d'accord avec vous, une nouvelle fois, Pascal !

Vos propos sont tout à fait vrais !!!

Je vous cite :

"Gillou, vous avez raison de rappeler que même pour la plupart des retraités, la vie n'est pas rose ! Je ne le sais que trop bien quand je vois ce que la France fait (aussi) pour mes parents après une vie de travail !

Les médias se félicitent actuellement de voir que le taux de naissance atteint des sommets, ils en déduisent d'une façon vraiment hâtive et peu sérieuse, que tout marchera mieux dans l'avenir, mais quand tous les bébés d'aujourd'hui seront au chômage parce qu'il n'y aura plus du tout de boulot en France et que la dette de la France aura atteint 8000 milliards d'Euros ou plus, qu'est-ce qu'on fera ???"

A+

Pabrantes

Moi aussi, je suis solidaire.
Et You2 le sait bien...

Mais après deux inondations, dans lesquelles j'ai quasiment tout perdu, je relativise sur la possession et me concentre sur la famille.

C'est très Français que de quitter son mari dans les pires moments.

hervé

Que Elkhabach, le baiseur de babouches numero uno, ne porte pas Villepin dans son coeur ,me rend le PM beaucoup plus sympathique !!

you2

@ Pabrantes :

Merci Pabrantes !

A+

@ Pascal :

Je m'aperçois, aussi, en écoutant les journalistes, que beaucoup en sont encore à croire, que si à l'issu d'un entretien, vous n'avez pas été retenu, c'est que vous n'étiez pas bon, ignorant que nous sommes des millions, donc, des centaines à aller aux mêmes entretiens, et vu la conjoncture, ce n'est pas parce que nous allons en entretiens, que nous serons recrutés. Les recrutements en entreprise ne sont pas ceux pratiqués dans le monde des médias.

Enfin bon, nous, nous le savons, c'est l'important.

A part certains journalistes, les autres ignorent vraiment ce qu'est la recherche d'emploi, d'une part, et d'autre part, notre parcours du combattant pour décrocher un job !

Nous, ce n'est ni par copinage, ni par piston, ni par relation, ni par cooptation, ni parce qu'on est le copain, la copine de, etc. et ce n'est pas au bout d'un entretien, que nous pouvons être embauchés, car nous voyons toute une série de personnes, lors d'un recrutement, puis nous avons des tests en tous genres et quand bien me^me nous réussissons le tout, cela n'implique pas l'embauche automatique, car parfois, l'embauche se fait en interne, surtout dans la conjoncture actuelle, où les recrutements sont gelés, car un plan social s'annonce, ou la société vient d'être rachetée, où le PDG vient de se faire virer, etc, etc.

A+

you2

@ Pabrantes :

En régle générale, et à part exception, bien entendu, j'ai remarqué que les français étaient moins "famille" que nous pouvons l'être, je vous cite:

"C'est très Français que de quitter son mari dans les pires moments."

Au contraire, le conjoint devrait soutenir la personne, de même que l'ensemble de la famille. Dans les moments difficiles, c'est bien d'avoir du soutien de ses proches, notamment.

A+

Pabrantes

Pourtant dans mes souvenirs il y a :
Pour le meilleur (ça tout le monde sait faire) et pour le pire (Qui comme ont dit est toujours à venir).

J'ai un ami, ancien producteur de ciné. Il avait Porsche et jolie blonde. Sur un mauvais investissement il a perdu les deux plus vite que je ne le dit.

Dans mon milieu ont évite de faire des affaires avec des gens qui n'ont jamais été obligé de mettre en liquidation une société et qui ne sont pas marié. TROP DE RISQUES

azdinus

bonne annee 2007 !
il faut apprendre a se supporter soi meme d'ou les autres meme si ce n'est pas drole!
et reiteration j usqu'a perpete

Gilbert Sorbier

You2, comme vous le disiez c'est vachement bien deux messages en même temps.......................................................................................................................................................................................................................

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Sondage

  • Pour qui voteriez-vous
    si la Présidentielle se déroulait demain ?
    François BAYROU
    Olivier BESANCENOT
    Marie-Georges BUFFET
    Jacques CHIRAC
    Philippe DE VILLIERS
    Nicolas DUPONT AIGNAN
    Nicolas HULOT
    Jean-Marie LE PEN
    Ségolène ROYAL
    Nicolas SARKOZY
    Dominique VOYNET
    Autre candidat...



    Résultats des votes »

A propos

  • Parce que l'actualité ne s'arrête jamais, je vous propose de partager ici mes commentaires, de réagir aux infos glanées "off" et surtout de débattre ensemble, sans tabou.

    Langue de bois interdite, coups de gueules bienvenus...

L'auteur

  • A 40 ans, je co-anime depuis deux ans la matinale d'i>TELE aux cotés de Nathalie Iannetta.

    Avant de rejoindre le groupe CANAL+, je présentais le 18/20 d'Europe 1 et "Question d'actu" sur LCI. Ancien correspondant de TF1 à Washington et à Jerusalem, j'ai commencé ma carrière par le reportage.