« Frêche et les Royales palinodies | Accueil | Avis à la population »

lundi 22 janvier 2007

Commentaires

filaplomb

béber

LE PONPON A ARLETTE

qui évoquant les 2000 sans -abris parisien à l'époque de la révolte de l'abbé pierre, a trouvé utile d'évoquer les 10 000 actuels.

Serait bien capable de gâcher les larmes de crocodiles du gars chirac...

Pascal L.

Ben dis... Pas beaucoup de commentaires aujourd'hui. Je ne sais pas pour vous mais moi j'ai été triste. Très triste même.

J’ai appris la nouvelle un peu avant 13h. Plus tard, en ma qualité de demandeur d'emploi, j'ai pu regarder cet après-midi un excellent documentaire diffusé après le journal de Pernaut sur TF1. J’ai même pleuré à la fin. A un moment où l'abbé disait, ou plutôt voulait dire qu'il n'avait "plus la force"... mais il n'a pas eu la force de bien prononcer le dernier mot de sa phrase. C'est là que j'ai pleuré. J'ai pleuré devant l'humanité du personnage. J'ai pleuré devant le sacrifice de soi. J'ai pleuré devant tout le travail accompli, dont beaucoup ignorent tout. J'ai pleuré devant le courage exemplaire, que la plupart d'entre nous ne peuvent même pas imaginer. J'ai pleuré devant le récit des années de combat où, malgré toutes les embûches, l'abbé a toujours su imposer "sa" révolte.

Où l'abbé puisait-il sa force ? Dans sa foi ? Dans son refus de l'inéluctable qui, du coup, ne l'était plus ? Je ne sais pas. Comme beaucoup, si je regarde sa vie et qu'ensuite je regarde la mienne, je ne peux que me dire que je suis une larve !

Moi qui n'était déjà rien de plus ce matin qu'un chômeur enrhumé, je n'avais pas besoin de çà ! J’aurais du me méfier ! Déjà dans le journal de 13 heures, j'avais vu beaucoup de gens pleurer, et souvent ceux qui n'osaient pas pleurer avaient des larmes dans les yeux. Sauf la chanteuse Lorie, qui est peut-être trop jeune, trop riche ou trop "en-dehors" pour mesurer la gravité de l’événement.

"De mémoire de moi" en tout cas, je n'avais jamais vu çà ! Comme chacun d'entre nous, je vis ma vie sans vraiment me soucier du lendemain, je ne me demande pas "si je serai là" demain. Mais j'avoue que parfois (rarement), je me demandais si "lui" serait là. Et puis voilà. Aujourd'hui c'est fini.

Même par sa mort, l'abbé Pierre nous rappelle que nous vivions, que nous vivons toujours dans l'ignorance. Ah l'abbé, il a sauvé des vies, lui !

Quand je le voyais à la télé, souvent je me disais qu'il arrivait au bout de la route. Je n'aimais pas trop le voir brocardé dans les "Guignols", dans le rôle du vieux sourdingue qui gueule tout le temps. Je trouvais çà con, de se foutre de l'abbé Pierre. Mais quand même, comme tout le monde ou presque, je ne m'attendais pas à son départ, et la nouvelle a claqué comme un coup de tonnerre.

Pourtant, depuis que j'étais tout gosse, les années ont passé, et j'en ai vu "passer" aussi des gens célèbres que beaucoup ont pleuré ! Un des premiers dont je me souviens, c'est Mike Brant. J'étais petit alors. A l'époque on ne passait pas nos journées répandus devant des postes de télé, on écoutait surtout la radio ! Et à la radio, on passait presque en boucle les tubes de Mike Brant, sur toutes les grandes stations nationales (les radios libres -la FM- n'existaient pas encore) !

Le soir, on regardait les premières grandes émissions de variétoches, en noir et blanc ou en couleurs (!), et invariablement ou presque, Mike Brant déboulait avec ses pattes def blanches, avec son col de chemise aiguisé comme un couteau d'égorgeur et c'était parti ! Les femmes devenaient dingues, elles se levaient et criaient... hurlaient même !!! Toutes ! Secrétaires, ouvrières, mères de famille, jeunes filles aux cheveux longs... C'était fou ! Du haut de mes cinq ou six ans, j'étais fasciné de voir l'amour que les gens semblaient avoir pour Mike Brant. Je me dis aujourd'hui que peut-être les pères de famille rêvaient secrètement, en réalité, de lui casser la gueule, mais à cette époque-là je partageais l'enthousiasme de toute la France pour ce chanteur d'exception. Quand Mike Brant est mort j'avais six ans. Mais je m'en rappelle très bien. Je me rappelle que çà a été un véritable séisme. Oui, le mot n'est pas trop fort. La mort de Mike Brant a été un choc qui a boulerversé toute la France. Une révélation aussi, pour beaucoup de gens qui avaient oublié que Mike Brant (Moshé Michaël Brand) n'était qu'un homme. Un simple mortel. On y était tous pour quelque chose : on avait oublié. On avait oublié qu'un simple mortel pouvait ne pas avoir le moral, et en avoir ras la casquette de la pression insupportable des fans, de la folie du rythme des tournées, du vide incroyable de tout ce qu'il y avait autour... Quand Mike Brant s'est jeté du sixième étage d'un immeuble de Paris, à l'âge de 28 ans, il était seul. Aussi seul que ceux auxquels l'abbé Pierre tendait déjà la main 20 ans plus tôt. On s'en voulait. Comme aujourd'hui. Dans mes souvenirs de gosse en tout cas, c'est cette impression que j'ai eue : tout le monde s'en voulait. Il régnait une atmosphère étrange, surréaliste, comme si une chape de plomb s'était abattue sur le pays tout entier. C'était la faute des fans ! C'était la faute de ses proches ! C'était la faute aux tournées, qui l'avaient épuisé au point de le tuer ! C'était la faute aux femmes et aux jeunes filles ! Parce qu'elles n'arrêtaient pas de l'emmerder mais que finalement, il était toujours au moins aussi seul que "l'idole des jeunes" dans la chanson de Johnny... Puis Mike Brant est retombé dans l'oubli. Et le séisme a été suivi par une multitude d'événements heureux ou tragiques, qui l'ont englouti et qui l'ont fait entrer dans l'Histoire, ou dans la petite histoire.

Pour tous ceux qui ont suivi, çà a été un peu pareil. Claude François (mars 1978), Jacques Brel (octobre 1978), Joe Dassin (Joseph Ira Dassin, 20 août 1980), Joëlle Mogensen (du groupe Il était une fois, disparue en mai 1982), Tino Rossi (septembre 83), Coluche (Michel Colucci, juin 86), Dalida (Yolanda Gigliotti, mai 87)... Sans parler des nombreux autres "Grands" comme Charles Vanel (Charles-Marie Vanel), Bourvil (André Raimbourg), Fernandel (Fernand Contandin), Louis de Funès (Louis Germain David de Funès de Galarza...). Impossible de les citer tous. Impossible d'en oublier un(e) seul(e).

C'est curieux de se dire que l'on peut toujours mesurer la durée de sa vie au nombre de célébrités aimées du public que l'on a "vues" disparaître... Non ?

Chacune d'entre elles, chacun d'entre eux fait partie d'une sorte de mémoire collective, mais aussi de moments que nous sommes les seuls à connaître, que nous sommes les seuls à avoir appréciés comme nous les avons appréciés.

Il existe un lien bizarre entre nous et ceux que nous voyons mais que nous ne connaissons pas.

Ils peuvent être chanteur, acteur, abbé... c'est toujours un peu pareil, c'est une fois qu'ils sont partis qu'on regrette, quelque part, de ne pas mieux les avoir connus.

Et pourtant... Qu'est-ce que Mike Brant à-côté de l'abbé Pierre ? Un insecte ? Un chanteur mémorable ? Une célébrité disparue parmi beaucoup d'autres célébrités disparues ? Je ne sais pas. La différence c'est peut-être le "message". L'abbé Pierre était porteur d'un message, alors que Mike Brant portait des pattes def.

Et moi, finalement, il y a plein de trucs que je ne sais toujours pas !

Ce que je sais par contre, c'est qu'il y a longtemps que je n'ai pas ressenti un tel sentiment de vide. Je crois que la dernière fois, cela a été à la mort de mon oncle.
Pendant la guerre, il était parti en Allemagne pour le STO (enfin si on veut, car à l'époque les frisés ne demandaient pas vraiment l'avis des jeunes hommes sélectionnés pour aller travailler en Allemagne). Il était parti puis il était revenu. En 1947. Mourant et pesant 35 kilos ou moins. Mon oncle n'a jamais dit à personne ce qu'il avait fait en Allemagne ou ailleurs (ou ce qu'on lui avait fait). Tout ce que je savais c'était qu'il en était revenu avec des "blessures" aux jambes. Des blessures très graves, mais personne ne voulait en parler. L'an dernier, quand mon oncle était mourant (vraiment cette fois-ci) dans un hôpital de province, j'ai pu voir ses jambes pour la première fois. Et je ne sais toujours pas ce qu'il a fait ou ce qu'on a pu lui faire en Allemagne ("tests" de brûlures chimiques sur un corps humain ?), mais le résultat n'était vraiment pas beau à voir, presque soixante ans après. Mais je vous raconte ma vie là... Ce que je voulais dire, et j'aurais peut-être dû commencer par là, c'est que tout "çà", tous ces événements qui marquent une vie, qui en marquent des milliers ou qui en marquent des millions, tout çà rend dérisoires, ridicules et pathétiques les petits débats que nous menons ordinairement ici.

Ce soir, beaucoup de gens en France ont un peu le sentiment que c'est leur père qui est mort ce matin. Je les comprends et je partage leur souffrance.

Vue au travers de mes yeux d'enfants, la mort de Mike Brant en avril 1975 avait été un drame national. Vue par mes yeux d'adulte, la mort de mon oncle l'an dernier a été la disparition d'un Monde inconnu, lointain et monstrueux, que certains ignorants regrettent sans pourtant l'avoir connu. Et vue par mes yeux d'adulte, la mort de l'abbé Pierre hier matin est un drame au moins aussi grand.

Infiniment plus grand, finalement, que la mort de n'importe quel chanteur, de n'importe quel acteur ou de n'importe quel autre troubadour des temps modernes.

L'abbé Pierre s'appelait Henri Grouès. Parmi des centaines (ou milliers ?) d'autres actions, il a aidé ceux qui ne voulaient pas partir pour le STO (et on les comprend !) à échapper aux allemands, évitant ainsi à d'autres familles de connaître le même drame que la mienne (même si beaucoup de familles ont vécu des drames bien plus grands pendant la guerre).

Au revoir, Henri Grouès.

fred

Un homme qui laissera une trace
une vie exemplaire aussi
c'est bien triste

http://www.wmaker.net/mappemonde

Un homme qui laissera une trace
une vie exemplaire aussi
c'est bien triste

patrick Delaplace-Trinquet

Bonjour Fred,
Je vous cite:Un homme qui laissera une trace
une vie exemplaire aussi
c'est bien triste

Pour ma part je dis non sur voytre dernère phrase "c'est bien triste", moi je dis oui, c'est fabuleux, fantastique, rendez vous compte que chaque siècle nous offrent des Vincents de Paul, des abbés Pierre, pour rappeler aux riches qu'il faut être bon, partager, que le coffre fort n'intègre pas le cercueil au moment du passage suprême, HA! si ils pouvaient le comprendre, que de vie heureuse!!!!! Pat.

patrick Delaplace-Trinquet

Fred, hier même la parole sur les plateaux a été donnée aux imposables de l'ISF, pas un exclu, pas même un membre de la Communauté d'Emmaus, et çà prétend avoir reçu la parole de l'abbé Pierre!!!! pat

patrick Delaplace-Trinquet

Quand je pense à vous cher abbé Pierre, je pense au très grand Ozanam, en 1840 plus jeune professeur de la prestigieuse Sorbonne, mort à l’âge de 40 ans, qui disait aux mauvais riches, dans ses écrits sur la misère : « Vous avez écrasé la révolte ; ils vous reste un ennemi que vous ne connaissez pas assez, dont vous n’aimez pas qu’on vous entretiennent : la misère ! Dans ses discours il dit « Ne vous effrayez pas quand les mauvais riches vous traiterons de communistes, comme on traitait saint Bernard de fanatique et d’insensé »
Quelle lucidité et quelle clairvoyance, cet homme s’exprime avec des mots à peine entrés dans la langue au moment où Marx et Engels, ses contemporains n’en sont qu’à leurs premiers balbutiements. Pour dissiper tout malentendu, Ozanam était un démocrate chrétien. pat......

Gilbert Sorbier

Brèves des nouvelles news.

Québec libre : Mme ROYAL Gaulliste ?

SARKOZY prend Pitié pour les Riches qui souffrent : Trois à Quatre Milliards de réduction d’Impôts.

L’Iran refuse l’entrée de 38 inspecteurs nucléaires de l’ONU: Mme ROYAL aurait finalement eu raison ?

Al Kaïda : « Pourquoi Bush ne nous envoie t’il que 20.000 soldats, nous aurions préféré 100.000 hommes de plus à transformer en charognes »

Pied de nez à la suffisance des pays occidentaux : Le Hesbollah et ses alliés organise la grève Générale contre Fouad Siniora à Beyrouth.

Mondialisation : Les actionnaires de PFITZER trouvent que la marge bénéficiaire est trop faible, donc le géant pharmaceutique mondial met 10.000 travailleurs au chômage dont 2000 en Europe!

Gilbert Sorbier

Fred et le Bazinoux,

L'abbé vole vers son créateur, il à donc dû mourir heureux, pouquoi parlez vous de tristesse ?
La peur de la mort m'a toujours étonné chez les croyants, qui devraient au contraire être "aux anges" à l'idée de rejoindre le paradis.

patrick Delaplace-Trinquet

Oui Gilbert, c'est la même chose chez les mauvais riches, en effet à force de sodomiser les pauvres, ils en ont acquis la certitude de l'imortalité, ainsi ils gardent tout pour eux comme de mauvais garnements, les croyants pleurent de joie où ne croient ils pas à l'eternité de l'âme, va savoir !!! pat...... un croyant en liberté.....

you2

@ Lancelot
C'est parce que sur un autre post, Edouard nous disait qu'il se sentait dans une cabine téléphonique, car il s'agissait toujours des mêmes qui postaient.

Comme sur cet article, il a posté plusieurs fois, nous le taquinions.

C'est bien que vous donniez au secours populaire, vous avez raison. Du moment que l'on aide son prochain, c'est l'important. Il n'y a plus beaucoup d'êtres "humains" de nos jours, donc, je suis heureuse de voir qu'il en reste malgré tout. A+

@ Edouard,

J'en suis fort aise. Bonne chose que vous donniez à Emmaeus.
A+

you2

@ Fred
Salut !
Oui, ça m'agace cette usurpation d'identité, par deux fois seulement, mais je trouve cela incorrect. Enfin bon, que faire devant l'imbécilité. Nous sommes bien impuissants...
A+

@ Pascal

Hello !

J'ai lu votre post sur l'Abbé Pierre. Complètement d'accord avec vous.

Moi aussi, cela m'a attristée, car il a fait le bien, et non le mal et tous les journalistes qui s'acharnent sur lui (c'est mode, l'acharnement chez les journalistes, parfois un tantinet vautours, pour ne pas utiliser un autre terme plus désagréable...). Bientôt, ils vont finir par nous dire que c'était le diable en personne.

Comme vous, je suis chômeuse, mais chômeuse enrhumée et grippée... et très mal en point, ces jours-ci.

Affectée par un entretien, comme nous les aimons, vous savez Pascal, celui où on nous dit "Cela fait deux ans que vous êtes au chômage ? Je suis surpris, car l'économie se porte bien, pourtant...", plus toutes les autres questions débiles qui vont avec et que vous pouvez imaginez.

Alors où les gens sont méchants, ou pervers, ou inhumains, ou robotisés, ou influencés par les médias qui ne font pas leur boulot et disent tout et n'importe quoi, qui véhiculent surtout l'idée que le chômeur est fainéant, et vit comme un roi des allocations assedic...

Alors je préfère de loin l'Abbé Pierre, qui lui, en tout cas, cherchait à aider, à venir au secours de son prochain, et ne l'écrasait pas comme une m... ou ne le jetait pas comme un kleenex...

A+

you2

@ Gillou

Coucou !

Vous êtes un poète !

Très beaux ces vers que vous avez écrits !

A+

you2

@ Gilbert

Bonjour Gilbert !

Je vous cite:

"La peur de la mort m'a toujours étonné chez les croyants, qui devraient au contraire être "aux anges" à l'idée de rejoindre le paradis."

Cela n'a rien à voir. Croyants, nous sommes apaisés de savoir que nous irons au paradis et que nous y serons heureux et bien, et nous savons que nos proches, partis trop tôt, reposent en paix.

Cela n'enlèvent pas la tristesse de savoir que nous ne les verrons plus physiquement, et qu'ils nous manquent, même si nous continuons à leur parler, car nous savons qu'ils nous entendent.

Nous respectons les anti cléricaux, ce serait sympa que les anti cléricaux respecte notre foi...

A+

you2

@ p'tit suisse

On ne vous entend plus. Seriez vous en Suisse ?
A+

Gilbert Sorbier

You2,
Je respecte tellement votre foi, que j'ai même proposé à mes enfants d'aller au catéchisme (quand ils ont été assez agés pour être capable d'un choix non imposé).

Cela n'a rien à voir avec le fait de considérer qu'un croyant devrait demander à ses amis de venir fêter joyeusement sa mort, puisqu'il va rejoindre son créateur.

Je ne sais pas......... mais il me semble qu'un croyant mourant devrait dire à sa famille "réjouissez vous, je quitte ce monde d'injustice pour aller dans un monde parfait, faites la fête en mon honneur ! "
Ou bien ?

you2

@ Gilbert,

Je vois que vous ne connaissez pas beaucoup de croyants, et n'avez jamais été auprès d'un mourant qui est croyant, car c'est ce qu'il nous dit, et c'est ce que nous lui disons dans les derniers moments, pour le rassurer avant de nous quitter...
A+

Gilbert Sorbier

Comme je suis en veine de phylosophie ce matin je vous propose çà:

Quel besoin un être humain a t'il de se déterminer dans un "Camp", de se coller une étiquette, de se déterminer autrement que par sa conscience, d'adhérer aux multiples idées reçues véhiculées par un parti, une religion, un groupe de pression ?

La seule raison de voter dans 90 jours est le choix pour notre pays d'un candidat capable de "CASSER" la spirale d'un lent enlisement économique commencé il y à trente ans.

LE choix DU candidat capable d'effectuer la révolution fiscale qui dépénalisera enfin le travail, puisque nous vivons dans le régime fiscal le plus handicapant pour le travail et l'embauche au monde.
C'est anti-économique et anti-social.
Tous les pays d'Europe à part la France et l'Italie ont accomplis cette mutation.
Borloo propose un plan économique de transfert des prélèvements sociaux sur les salaires à d’autres pôles de taxation qu’aucun candidat à la présidentielle n’a encore adopté.
Seront nous les dernières Autruches à nous voiler la face ?

Quand vous vous noyez et que quelqu'un vous tend la main, vous lui demandez quel est son camp politique, vous ?

you2

@ Laurent,

Bonjour Laurent,

J'ai regardé votre interview de JM Heyraut ce matin, et j'attendais de savoir, quand, enfin, vous lui poseriez de vraies questions, des questions de fond...

Fort heureusement, elles sont venues... Nathalie ayant mentionné le fait que le chômage inquiète un très fort pourcentage des français, et qu' un très fort pourcentarge de français, constate que les politiques n'abordent pas ces sujets de fond et pourtant, si importants, et le regrettent (et / ou s'en inquiètent...).

Donc, c'était très bien d'avoir posé ces questions.

Continuez de cette manière, car si les politiques ne parlent pas de ces sujets, c'est que peut-être aussi, les journalistes ne leur posent pas assez ces questions, et ne font pas vraiment leur métier, comme ils le devraient ou comme nous, public, l'entendons...

Vous souhaitant une bonne journée, ainsi qu'à Nathalie.
A+

Gilbert Sorbier

You2,
Excuser moi, à part ma petite nièce qui s'est fiancée à J.C. et mon gendre qui va à la mosquée, je connais en effet très peu les moeurs des croyants.
Je croyais au contraire qu'ils n'avaient plus peur de mourrir.
Je croyais que c'était aux mourrants de dire à leur famille "Soyez heureux, je pars au paradis, faites la fête en mon honneur",
ou bien ?

you2

@ Gilbert

Je viens de vous dire que c'était les deux. Celui qui est mourrant, dit, pour rassurer ses proches " ne vous inquiétez pas, là où je vais je serai heureux" et ses proches, pour le rassurer, lui disent, "nous savons que tu seras heureux, là où tu vas, nous ne t'oublierons pas, tu nous manqueras.

Puisque cela vous intéresse, nous en parlons même de notre vivant. Ma mère m'a déjà dit que le jour où elle partira ou que quelqu'un de nous partira, il ne faut pas que les autres soient tristes et continuent de vivre en étant heureux.

Cela nous est déjà arrivé et nous n'oublions pas la personne qui est partie, nous en parlons même très souvent, nous lui parlons et nous rappelons que des moments heureux.

Comme dirait ma mère, quand quelqu'un meure, nous ne devons pas mourir avec. La vie continue. Et elle a raison.

Pour résumer, les croyants n'ont pas peur de mourir, car ils savent où ils vont et nous savons que nous y serons aussi très heureux.

Maintenant, il arrive que vous soyez auprès d'une personne mourante qui n'a plus la possibilité de parler, donc,elle ne peut pas vous dire "soyez heureux, je pars au paradis, faites la fête en mon honneur".
Mais comme je vous le disais, nous avons de temps à autre ces discussions entre nous, avec les prêtres également,à l'Eglise, pour les catholiques, et dans d'autres lieux de cultes pour les autres religions.

A+

you2

@ Filaplomb:

D'accord avec vous !

Je vous cite :

"C'est un peu con ce concours de blogs réservés aux journalistes !
Comme si on faiait un concours des blogs tenus par des chauffeurs de bus…
Sincèrement, c'est un détournement de l'objet même des blogs : l'expression de chacun.
Comme si une carte de presse était le témoin du talent !!!
(Je ne parle pas ici de toi Laurent mais de l'image que donne d'eux mêmes les journalistes suiveurs, par exemple, de Sarkozy, tel Ch. Barbier…)"

J'aime beaucoup aussi votre phrase, "comme si une carte de presse était le témoin du talent !!!!".

Le problème, Filaplomb, est que de nombreux journalistes en sont pourtant persuadés...

A+

you2

@ Tous

Avez vous lu les commentaires sur le site iTélé, dans la partie "Intervenez dans la campagne" ?

Sans vouloir nous jeter des fleurs, il me semble que le niveau de nos posts sur ce blog, est un tantinet plus élevé...

Là, il me semble que cela rase les pâquerettes...
A+

you2

@ Gillou

J'espère que votre ligne fonctionne mieux. La mienne ne fonctionne plus depuis une bonne semaine, du moins, elle me permet d'accèder aux sites, mais je ne peux les ouvrir, ce qui est très embêtant, car j'en ai notamment besoin pour mes recherches d'emploi.

Je suis donc chez mes parents et y reste, pour le moment, jusqu'au moment où ils vont parvenir à trouver la panne. J'utilise l'ordinateur de mon père. En plus, je suis malade, donc, tout baigne, comme pour Pascal !
A+

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Sondage

  • Pour qui voteriez-vous
    si la Présidentielle se déroulait demain ?
    François BAYROU
    Olivier BESANCENOT
    Marie-Georges BUFFET
    Jacques CHIRAC
    Philippe DE VILLIERS
    Nicolas DUPONT AIGNAN
    Nicolas HULOT
    Jean-Marie LE PEN
    Ségolène ROYAL
    Nicolas SARKOZY
    Dominique VOYNET
    Autre candidat...



    Résultats des votes »

A propos

  • Parce que l'actualité ne s'arrête jamais, je vous propose de partager ici mes commentaires, de réagir aux infos glanées "off" et surtout de débattre ensemble, sans tabou.

    Langue de bois interdite, coups de gueules bienvenus...

L'auteur

  • A 40 ans, je co-anime depuis deux ans la matinale d'i>TELE aux cotés de Nathalie Iannetta.

    Avant de rejoindre le groupe CANAL+, je présentais le 18/20 d'Europe 1 et "Question d'actu" sur LCI. Ancien correspondant de TF1 à Washington et à Jerusalem, j'ai commencé ma carrière par le reportage.