« Bové : le retour d'Asterix. | Accueil | L'abbé Pierre au Panthéon ? »

dimanche 21 janvier 2007

Commentaires

you2

@ ACAMT

D'accord avec vous à 100 % sur ces quelques lignes, je vous cite :

"Donc journalistes politiques arrêtez vos commentaires pédants, arrêtez cette recherche de la petite phrase alors que le problème des Français c'est le chômage,le précarité, l'incertitude sur l'avenir de nos enfants! Voilà des préoccupations plus importantes à prendre en chrage."

Cela dit, ce matin, Laurent Bazin et Nathalie Ianetta, ont posé ces vraies questions, pas au début de l'interview, je vous l'accorde, mais ensuite. Je m'en suis d'ailleurs réjouie.

you2

@ Gillou

Plus généralement, les journalistes ne savent plus sur quel pied danser, et comme ils se sentent sur un siège éjectable perpétuellement, ils ne savent plus dans quel sens aller, pour éviter de se faire licencier après les élections.

Cela en devient risible, pour certains. Je ne serai pas vache, je ne citerai pas de noms, mais il suffit de regarder la plupart des émissions quotidiennes pour le constater.

Quand je dis que les journalistes pensent à leur propre intérêt et n'en ont que faire des uns et des autres, et encore moins, du public.

Je vous cite :

"j'ai une soudaine appréhension que certains journalistes pensant que Ségolène pourrait être élue pourrait se retrouver sur un siège éjectable, surtout si il affiche leur sympathie pour l'aure candidat (favori). Ce qui me fait dire cela , c'est une réflexion (passée inaperçue pour le monde journalistique ou sciemment oubliée) de la dite Segolene menaçant quelqu'un (non présent) de représailles si elle était élue."

A+

ACAMT

JOURNALISTES POLITIQUES

En effet ce matin Laurent et Nathalie ont fini par poser des vraies questions de préoccupations, ce qui m'agace c'est commencé une interview par la futilité. Vous pensez que le Français de base comme on dit de façon impropre a besoin de savoir la petite phrase prononcée par tel ou tel autre? Non je ne le crois pas. Encore si cela se faisait de façon uniforme par rapport à tous les candidats, je comprendrais, mais non cela n'est pas le cas. Sinon quand on voit chez F.O.G dimanche Sarkozy n'incluant même pas dans sa reflexion sa non élection, on se dit qu'il s'y voit déjà. Et aucun journaliste sauf un de LCI qui l'a relevé, n'en a fait cas. A croire que Mme Royal est la seule à parler en France! On assiste in fine à ce que SEGUELA appelle le LCIforum, le passage en boucle d'infos qui n'ont aucun intérêt.

En ce qui concerne Mr Freche, habitant à Montpellier depuis des années,qu'il n'est en rien raciste. Il peut avoir avoir des formules malheureuses c'est un fait, mais ce n'est pour cela qu'il faut le taxer de raciste. Venez à Montpellier et vous verrez comment il a redonné une dignité à cette ville. Mais la recherche du bon mot finit toujours par aboutir à quelque chose de fâcheux.

laurent bazin

@ ACAMT et aux autres : Merci d'abord d'avoir pris la plume et soyez tranquilles, les uns et les autres.

1/ Les journalistes politiques, les vrais, ne sauteront pas si Ségolène Royal devient présidente de la république. Il ne sagit donc pas de garder son siège. Il est de multiples exemples et préstigieux de reconversions réussies aux cotés du nouveau prince (fusse une princesse).

2/ je ne suis pas un journaliste politique. Je suis un journaliste tout court, qui comme vous parle de sport, de litterature, d'économie (un peu), de politique aussi. Je m'interesse c'est vrai - et c'est sans doute notre défaut - beaucoup aux petits détails de ces campagnes. C'est la chronique que je tente de vous livrer ici le plus honnêtement possible. Sans jugement définitfs contrairement à d'autres...

3/ Sans doute devrions-nous plus parler du fond... Mais il me semble sur l'interview de JMAyrault que c'est ce que nous avons justement tenté de faire, après lui avoir soumis ce qui n'allait pas manquer (à tort selon vous) d'être la "polémique du jour".

Comme je le dis souvent, adressez nous des critiques justes, elles ne manquent pas. Nous avons assez de défauts pour ne pas nous faire, à nous aussi, des procés d'intention.

you2

@ Laurent :

Laurent, c'est vrai, votre interview de JM Ayrault était une bonne interview, et vous avez posé les questions que j'attendais. Je l'ai d'ailleurs déjà dit hier sur un de mes posts. J'ai beaucoup apprécié, à la fois les questions de Nathalie, mais également les vôtres.

Quand c'est bien, c'est bien, et il faut le dire, et je vous le redis, c'était très bien, hier.

Je n'ai pas vu de polémique, quant à moi, dans l'interview d'hier.

Vous parlez de journalistes, des vrais, qui ne seront pas inquiètés. C'est également ce que j'avais précisé dans un de mes posts, quand on est bon, on est bon, quand on est compétent, on est compétent, et quel que soit "le patron".

C'est un peu comme dans une entreprise, finalement, même en cas de changement de direction, quand on est efficace et que l'on fait son travail sérieusement et correctement, on continue à occuper son poste.

De toute façon, les moyens bons, ou les mauvais journalistes, dirons nous, passent comme des étoiles filantes et disparaissent un jour ou l'autre.

J'ai lu votre parcours, et au vu de celui ci, nous ne pouvons que constater que vous avez un beau CV et avez travaillé dans de belles structures.

Quant aux petits détails de campagne, il est vrai que cela intéresse plus les journalites, que le citoyen lambda, dans le sens où de nos jours, nous vivons parfois des situations tellement compliquées, difficiles, que ce qui nous importe, c'est le fond, et non la forme.

Ce qui est important pour nous, c'est comment la France peut s'en sortir. Je ne dis pas qu'il ne faut pas parler des petits détails de campagne, je dis qu'il est préférable de s'étendre sur les sujets de fond et de les approfondir.

Je vous souhaite une bonne journée, Laurent.

A+

Pascal L.

Bonjour Laurent,

... peut-on vraiment poser des questions à Monsieur Ayrault ? Quand les réponses d'un invité P.S. sur iTélé se bornent le plus souvent à dire "Sarkozy sera à la France ce que Ben Laden a été aux tours jumelles du WTC" ?

Ce qui me choque et commence même à m'énerver en tant que téléspectateur lorsque je vois un invité P.S. interrogé quelque part (TV comme radio), c'est le vide absolu de ce qui devrait être un "programme". On n'a même pas le sentiment qu'il y ait une ligne directrice au P.S. On ne sait plus qui commande quoi. On n'a même pas fini de s'interroger sur la dernière bourde de Ségolène qu'elle a déjà remis les pieds dans un autre plat.

Tout cela n'est vraiment pas sérieux.

On sent pourtant un changement progrssif chez les journalistes, qui commencent à mettre les représentants du P.S. face au niveau pitoyable des débats dont ils sont responsables.

La naissance (ou la réapparition) d'une certaine forme de morale journalistique ? Je ne sais pas. J'espère en tout cas que cela va continuer.

Même si Ségolène Royal n'en a "rien à foutre", je pense qu'elle doit quand même un peu plus de respect à ceux qui continuent de la soutenir envers et contre tout.

Pour le P.S., il serait temps d'arrêter les réunions de club Tupperware et de passer à quelque chose de plus substantiel.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Sondage

  • Pour qui voteriez-vous
    si la Présidentielle se déroulait demain ?
    François BAYROU
    Olivier BESANCENOT
    Marie-Georges BUFFET
    Jacques CHIRAC
    Philippe DE VILLIERS
    Nicolas DUPONT AIGNAN
    Nicolas HULOT
    Jean-Marie LE PEN
    Ségolène ROYAL
    Nicolas SARKOZY
    Dominique VOYNET
    Autre candidat...



    Résultats des votes »

A propos

  • Parce que l'actualité ne s'arrête jamais, je vous propose de partager ici mes commentaires, de réagir aux infos glanées "off" et surtout de débattre ensemble, sans tabou.

    Langue de bois interdite, coups de gueules bienvenus...

L'auteur

  • A 40 ans, je co-anime depuis deux ans la matinale d'i>TELE aux cotés de Nathalie Iannetta.

    Avant de rejoindre le groupe CANAL+, je présentais le 18/20 d'Europe 1 et "Question d'actu" sur LCI. Ancien correspondant de TF1 à Washington et à Jerusalem, j'ai commencé ma carrière par le reportage.