« "Je vous présente toutes mes confuses"... | Accueil | Ségolène , François et la "Sapinière" »

jeudi 11 janvier 2007

Commentaires

you2

@ Laurent :

Merci pour ce nouvel article !

Je dois m'absenter, cet après-midi, dont je le commenterai plus longuement tout à l'heure.

Je fais très court, là.

Sacré JC !

Quel taquin, quel coquin.... et quel suspens !

Je vous souhaite un très bon après-midi Laurent,

A+

Helder

J'ai gagné !

C'est Chirac :-)

CHIRAC (Jacques)
| Bio express : Homme d’État français (1932-)
>
| Source : La France pour tous


J'ai triché... grâce à Google ;-)

Damien

Bah c'est une phrase de Jacques Chirac évidemment !!!!!!

Helder

Pour INFO :

http://www.citationspolitiques.com/theme.php3?id_mot=7


Helder

@ Damien

J'ai gagné à 1 minute près ;-)

Gillou

@ Laurent,
"J'arrête car je sens que j'agâce... Cette comédie humaine, en tout cas, est assez joliment résumée par ces mots trouvés hier soir et d'une actualité brûlante : "
Comme je vous comprends, ayant été pendant quelques années dans un magazine qui faisait tous les ans un "raout" ou étaient invités, des annonceurs, des peoples du show biz, des journalites TV, etc... j'ai pu observer le panier de crabes (et le mot est bien faible)dont certains attendaient une reconnaissance toute médiatique, qui venaient déverser, de face des flots de gentillesse aussi sucrée que sirupeuse, collant comme une barbe à papa et de dos un torrent de jalousie pimentée d'acide vitriolé.
La première année, c'est amusant, mais la deuxième année et les suivantes devenaient de plus en plus indigestes, malgré les petits fours et autres amuse-gueules d'un grand traiteur. Feindre avec sourire et ronds de jambe, alors que l'on aurait plutôt envie de les prendre à son coup, c'est un exercice que je ne souhaite à personne, même à mon pire ennemi.

Damien

perdu !
juste à une minute près !!!!!
ahhhhhhhh
Bon tant pis !
Puisque le bruit court que Nicolas ou/et Ségolène iraient en Inde....

http://lindependante.blogspirit.com/

Fredhttp://lindependante.blogspirit.com/

Très drôle sur la forme, et à la fois navrant sur le fond ce que vous écrivez. Merci.
Il écrit bien Mr. Chirac, hum.
C'est clair, sauf catastrophe, qu'il ne se présentera pas, mais il veut absolument s'imposer dans la campagne, dans la continuité tranquille, et s'il peut en plus embêter Mr. Sarkozy, pourquoi se priverait-il..., pff.

Gilbert Sorbier

Laurent Bazin,
Pour une fois, je viens sur votre site en tout début d'après-midi, et je trouve un texte digne du pire médiato-politophobe de la planète.
La phrase de.... ?
Enfin en tant que représentant du monde du travail dans votre blog, cette phrase je la ressens comme éminement vraie, car bien au dessus de la bassinante et osbsolète obsession droite/gauche de nos concitoyens, obsession qu'encouragent des politiciens qui n'y croient pas eux mêmes.
Les "élites" de ce monde divisent le naïf petit peuple en camps opposés afin de mieux continuer à l'exploiter.
Merci Laurent de ce superbe sujet !

Gilbert Sorbier

La but ultime de l'être humain achevé est de dire ce qu'il fait et surtout de faire ce qu'il dit.
Si cette phrase est de Chirac, cela veut-il dire qu'il est le comble de l'inachevé ?

MDY

N'arrêtez pas, M. Bazin. Votre blog est d'utilité publique :-).

Gilbert Sorbier

Cher Laurent, Ce que vous racontez plus haut induit très exactement ce que je me tue à répéter et corrobore le fait qu’une élite de possédants « tient » le pays dans sa main et refuse toute réforme qui pourrait sauver l’économie française sans augmenter leur capital.
En effet le « plan Borloo » consiste en premier lieu à détaxer le travail pour taxer les achats de produits étranger et de luxe et surtout les revenus. Tous les pays d’Europes ont compris qu’il fallait privilégier le travail par rapport aux revenus, car à terme cela profitera aussi aux Patrons par la plus-value de leur entreprise. Malheureusement en France et en Italie les clubs de « Rentiers de situation » a toujours la main mise sur les partis de pouvoir (UMP & PS).

you2

@ Gillou

Un bref petit post, car je dois ressortir.

Je vous cite :

"Comme je vous comprends, ayant été pendant quelques années dans un magazine qui faisait tous les ans un "raout" ou étaient invités, des annonceurs, des peoples du show biz, des journalites TV, etc... j'ai pu observer le panier de crabes (et le mot est bien faible)dont certains attendaient une reconnaissance toute médiatique, qui venaient déverser, de face des flots de gentillesse aussi sucrée que sirupeuse, collant comme une barbe à papa et de dos un torrent de jalousie pimentée d'acide vitriolé.
La première année, c'est amusant, mais la deuxième année et les suivantes devenaient de plus en plus indigestes, malgré les petits fours et autres amuse-gueules d'un grand traiteur. Feindre avec sourire et ronds de jambe, alors que l'on aurait plutôt envie de les prendre à son coup, c'est un exercice que je ne souhaite à personne, même à mon pire ennemi."

Cela semble être un monde bien superficiel et je comprends votre écoeurement.

L'article de Laurent est très intéressant, en cela qu'il décrit bien également ce monde, qui paraît tellement faux, et tellement peu humain, finalement.

Le monde du paraître plutôt que de l'être, à l'heure, où, et je rejoins Gilbert aussi, il serait impératif d'être, plutôt que de paraître, si nous voulons sauver la France de la déroute et / ou du dépot de bilan, et que notre pays s'en sorte.

A+

@ Gilbert :

Remercions en effet Laurent pour ce superbe sujet.

Et bien d'accord avec vous, je vous cite :

"Cher Laurent, Ce que vous racontez plus haut induit très exactement ce que je me tue à répéter et corrobore le fait qu’une élite de possédants « tient » le pays dans sa main et refuse toute réforme qui pourrait sauver l’économie française sans augmenter leur capital."


Je suis vraiment content, pour ma part également, que Laurent nous ait écrit cet article.

A+

jcdr

Cher confrère,
(j'adore, comme vous j'imagine, faire du "cher" à un confrère en ces périodes de voeux, ;-))
c'est joliment tourné et nous, petits journalistes provinciaux, nous y croirions d'autant plus que, toutes proportions gardées et en changeant le nom du monarque, c'est notre vécu annuel.
Mais bon, les journalistes "politiques" lorrains étant moins nombreux qu'à Paris (mais probablement pas moins enclins à apprécier les "caresses"), on les invite en même temps que les "Corps Constitués" !
Venez donc vous en rendre compte par vous même ce lundi 15 janvier, Jean-Pierre Masseret (Vous savez, l'ancien ministre des anciens combattants de Jospin) présente ses voeux de Président du Conseil Régional à 18h en l'Hôtel de Région à Metz.
"Nous aurons sans nul doute, plaisir à vous voir".

Bien confraternellement

Jean-Christophe Dupuis-Rémond

Gillou

@ you2, oui j'ai été abasourdi, moi qui venait de quitter une unité de production et qui me retrouvait comme "rédacteur en chef technique" d'une maison d'édition de magazines, qu'elle ne fut pas ma surprise de découvrir ce monde ou tout est faux, j'avais des doutes pas à ce point.
Même au sein de cette entreprise cela sentait le faux (sauf quand vous ne plaisiez plus, pas de problème pour moi comme technicien), dans les conférences de rédaction, tout le monde était l'ami(e) de tout le monde... Une phrase qui revenait souvent "Il (ou elle) ne peut rien me refuser"... J'ai très vite compris..., le vent n'avait pas de prix !!!

Chââârles

L'auteur? Pas cet aREOpage d'écrivains, mais vous, peut-être Laurent Bâââzin, bien sûr!! :-)

Gilbert Sorbier

Chââârles,
Il se dit que Chirac en serait l'auteur !
A l'époque de Mitterrand ?

laurent bazin

Encore un voile de mystère autour de l'auteur de la fameuse citation ? suspens, tant mieux.

@ Charles : merci pour l'aréopage, je corrige et je rougis.

Toreador

Pas mal cet article. Laurent, je parle de vous et du sondage a mi-parcours dans mon olé numéro 19 sur http://www.toreador.fr

Toreador

Sar Rabin Drahnat Duval

Il était une fois, dans un royaume lointain, un petit Bourgmestre qui voulait le bien de ses villageois. Il leur construisit des maisons et y installa des manufactures. Le Roi le remarqua et le fit monter à la cour pour qu’il s’occupe des demeures du Royaume. Il le nomma superintendant et lui octroya quelques cassettes d’écus pour cela. Le petit Superintendant fit son travail comme il le pouvait compte tenu du peu d’écus dont il disposait. Le vieux Roi étant sur le point d’abdiquer en faveur d’un de ses enfants, la princesse Royale Ségolène ou le Prince cadet Nicolas. Le petit Superintendant s’était ému de la pauvreté grandissante des ouvriers et de la faillite des manufactures du au fait que le Grand Argentier du Royaume prélevait sur chaque salaire une somme égale à celui-ci pour le trésor Royal. Les comtes et les Barons du Royaumes, propriétaires des plus grosses manufactures se trouvaient parfaitement heureux de cette situation car ils avaient depuis longtemps placés leurs trésors dans chez les usuriers prospères. Le petit Superintendant s’enquis de ce qui faisait la prospérité des royaumes voisins et se rendit compte qu’ailleurs les Rois ne rançonnaient point autant les échoppes, ateliers, serfs et manufactures. Il proposa alors au Roi une charte Royale.
Une charte où il était dît que la dîme serait augmentée et appliquée aux marchandises venant des Royaumes étrangers, que les bénéfices des Ducs, Comtes et Barons seraient sujets à plus forte gabelle et les produits de luxes taxés mais en échange les salaires ne seraient plus taxés.
La princesse Ségolène, en son fort intérieur, trouvait la charte du Superintendant Borloo très à son goût, mais les Barons qui l’entouraient faisaient tout pour l’en dissuader, ils avaient d’ailleurs formé une alliance redoutable appelée « La coterie des éléphants ». De son coté le Prince Nicolas était entouré depuis toujours par les Ducs les plus puissants indifférents au sort des manufactures puisque leurs trésors prospéraient dans d’autres Royaumes.
Les bourgeois les plus riches soutenaient le Prince, les bourgeois fonctionnaires du Roi soutenaient la Princesse. Le petit peuple affamé, lui, n’était pas concerné par ce vote et ne voyaient que par les Héros populaire, le « Robin des Postes », la « petite Arlette » ou encore le populaire flibustier Breton, le capitaine « Le Pen ».
La Princesse ou le Prince prendront-il les serfs et les travailleurs en pitié en adoptant la charte avant l’abdication ?

Helder

"Pour certains, ce sera même l'occasion de juger de la prestance, du profil ou du galbe de la fesse d'un présentateur ou d'une présentatrice télé, dont on aura beaucoup parlé cette année-là. Et oui... On a beau être journaliste, on n'en est pas moins homme... (ou femme...)."


C'est vrai que ce matin je me posais une question au sujet du galbe de... Nathalie ! Humour ;-)

Gillou

@ Sar Rabin Drahnat Duval, il ne peut pas me donner les numéros de compte bancaires des Prince et Princesse ???? J'aurai des ponctions à faire !!!

such

@you2 où en êtes-vous des entretiens?
A +

you2

@ Such:

Merci beaucoup, Such, de prendre de mes nouvelles pour mes entretiens. C'est super gentil !

Pour celui où je me suis rendu lundi (enfin, le 5ème dans cette structure...) et où je devais avoir une réponse sous 24 H ou 48 H, et bien, je n'ai, à l'heure où je vous écris, aucune nouvelle...

Je vais donc les contacter demain, pour savoir ce qu'il en est.

Entretemps, comme je vous l'indiquais hier, je crois, j'ai reçu l'appel d'une société, à qui j'avais envoyé une candidature spontanée il y a certain temps déjà et m'invitant à un entretien.

Je reviens à l 'instant de cet entretien.

Ils ont un poste, bien réel, à me proposer, le remplacement d'une personne qui est mutée ailleurs.

L'entretien s'est très bien passé et je dois rencontrer une autre personne de cette même structure lundi.

J'espère que ces pistes déboucheront sur un travail, surtout celle de la structure d'aujourd'hui, où, à la fois le poste, mais aussi le domaine d'activité me plairaient vraiment beaucoup, encore plus que l'autre en tout cas, car cela correspond mieux à mon profil.

Mais à vrai dire, arrivé où j'en suis, j'irai où on m'embauchera...

La conjoncture étant ce qu'elle est, je n'ai jamais eu l'occasion de refuser, car pour certaines structures où je me suis rendu, j'attends encore de savoir si c'est oui ou si c'est non, les entreprises aujourd'hui ayant toutes un très "grand" courage et préférant nous laisser dans le doute.

Même si vous les relancez, vous n'en savez pas plus.

Parfois, cela me donne (ou nous à tous chercheurs d'emploi) l'impression qu'ils constituent seulement des réserves.

Drôle d'impression,en tout cas, guère agréable.

Donc voilà en gros les nouvelles.

Nous verrons.

Je pense que cela se présente bien, toutefois, pour ces deux structures dont je vous parlais, et encore plus celle d'aujourd'hui, je pense.

Bon, je vais lire les autres posts, car du coup, j'ai pas mal de retard...

A+

Charles

Sure, my pleasure, Laurent!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Sondage

  • Pour qui voteriez-vous
    si la Présidentielle se déroulait demain ?
    François BAYROU
    Olivier BESANCENOT
    Marie-Georges BUFFET
    Jacques CHIRAC
    Philippe DE VILLIERS
    Nicolas DUPONT AIGNAN
    Nicolas HULOT
    Jean-Marie LE PEN
    Ségolène ROYAL
    Nicolas SARKOZY
    Dominique VOYNET
    Autre candidat...



    Résultats des votes »

A propos

  • Parce que l'actualité ne s'arrête jamais, je vous propose de partager ici mes commentaires, de réagir aux infos glanées "off" et surtout de débattre ensemble, sans tabou.

    Langue de bois interdite, coups de gueules bienvenus...

L'auteur

  • A 40 ans, je co-anime depuis deux ans la matinale d'i>TELE aux cotés de Nathalie Iannetta.

    Avant de rejoindre le groupe CANAL+, je présentais le 18/20 d'Europe 1 et "Question d'actu" sur LCI. Ancien correspondant de TF1 à Washington et à Jerusalem, j'ai commencé ma carrière par le reportage.